Crédit : Thierry Laforce / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Alouettes : en confiance, mais pas trop

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL – Il y avait une certaine forme de bonhomie dans le camp des Alouettes vendredi, lors du dernier entraînement de la saison 2022 sur le terrain du Parc olympique.

Les membres du club montréalais étaient tout sourire, se lançaient des plaisanteries et célébraient avec enthousiasme leurs réussites. Bref, il n’y avait personne qui semblait stressé à deux jours de la finale de la section Est de la Ligue canadienne de football contre les Argonauts à Toronto.

Il ne faudrait cependant pas croire que le club de la Belle Province est au-dessus de ses affaires. L’adjoint de l’entraîneur-chef des Alouettes, André Bolduc, pense que son équipe est plutôt consciente de son potentiel, sans toutefois verser dans l’excès de confiance.

«Nous ne pouvons pas être trop confiants, considérant la saison régulière que nous venons de connaître», a-t-il dit en faisant référence à la fiche de 9-9 du club.

«Nous avons eu de gros changements pendant la campagne, notamment chez les entraîneurs. Nous avons également dû composer avec de graves blessures. Nous ne pouvons donc pas souffrir d’un excès de confiance, même si nous savons ce dont nous sommes capables. Le seul piège dans lequel nous pourrions tomber, c’est l’indiscipline.»

Rester calme

Bolduc est d’ailleurs persuadé que la clé d’une qualification pour le match de la Coupe Grey passera par la gestion des émotions chez les Alouettes.

«Ils [les Argonauts] parlent beaucoup sur les réseaux sociaux et affichent une grosse confiance. Ils disent des trucs que nous lisons», a-t-il soulevé.

«Nous devrons rester concentrés et disciplinés s’ils transposent leur attitude des derniers jours sur le terrain. Ce sera très important de garder notre calme.»

L’homme qui est l’un des entraîneurs des «Als» depuis la saison 2014 est aussi convaincu que sa troupe a prouvé qu’elle était en mesure de ne pas se laisser emporter par les émotions. Il a pris comme exemple le dernier match, une victoire en demi-finale de l’Est contre les Tiger-Cats de Hamilton.

En deuxième demie de cette rencontre, l’avance des Alouettes fondait comme neige au soleil, pendant que l’attaque ne faisait plus rien de bon.

«Personne ne criait sur le banc. Tout le monde était persuadé que nous allions renverser la vapeur et gagner ce match, ce que nous avons fait», a raconté Bolduc pour prouver son point.

Mayala malade

Dans un autre ordre d’idées, il y avait un absent de taille chez les Moineaux à l’entraînement, puisque le receveur de passes Hergy Mayala brillait par son absence.

«Hergy est malade aujourd’hui [vendredi], a expliqué l’entraîneur-chef Danny Maciocia. J’espère qu’il sera en mesure d’être avec nous à Toronto. Nous devrions avoir des nouvelles à son sujet prochainement.»

En 19 parties cette saison, le Montréalais a capté 33 ballons pour des gains de 409 verges et deux touchés.

Si Mayala n’est pas assez rétabli pour affronter les «Argos», l’Américain Cole Spieker prendra sa place dans la formation. Ce dernier a réussi six attrapés pour 105 verges et un majeur lors des deux parties qu’il a disputées en 2022.

«Il n’y a pas grand-chose que Cole ne fait pas bien, a affirmé Maciocia. C’est un gros bonhomme pour un receveur et il s’impose physiquement. Si une opportunité se présente à lui, je suis sûr qu’il va la saisir.»