Crédit : AFP

NFL

NFL : Les Jets créent la plus grosse surprise

Publié | Mis à jour

Il y a eu quelques surprises durant la neuvième semaine d’activités dans la NFL, dimanche, mais aucune plus grande que celle causée par les Jets de New York, qui ont défait les puissants Bills de Buffalo 20 à 17, au MetLife Stadium.

Visiblement, les Bills ont de la misère contre leurs rivaux de section, eux qui ont subi leurs deux seules défaites de la campagne face à ceux-ci.

• À lire aussi: Pluie d’éloges pour Benjamin St-Juste

• À lire aussi: NFL: des équipes qui ont été parfaites... ou presque

Les favoris de la foule ont trouvé la recette secrète pour freiner ce qui pourrait être considéré comme la meilleure attaque de la ligue : limiter le quart-arrière Josh Allen. Ce dernier a été victime de deux interceptions et n’a lancé aucune passe de touché, en plus d’être plaqué derrière sa ligne de mêlée à cinq reprises. Il a finalement trouvé les mains d’un receveur 18 fois en 34 tentatives, pour 205 verges. Il a tout de même eu un rôle important, ajoutant 86 verges sur neuf portées, marquant deux majeurs de cette façon.

Pour leur part, les Jets se sont fiés à leur attaque au sol, qui a cumulé 174 verges. Michael Carter a sans aucun doute été le plus dominant des porteurs de ballon, avec 12 portées, franchissant 76 verges en plus d’amasser un majeur.

Le pivot Zach Wilson, lui, n’a eu qu’à compléter 18 de ses 25 relais, dont un dans la zone des buts adverses, pour 154 verges.

Un deuxième gain pour les Lions

À Detroit, les Lions ont aussi causé une surprise en signant leur deuxième gain de la saison, venant à bout des Packers de Green Bay 15 à 9.

L’équipe locale a fait la vie dure au pivot Aaron Rodgers, en interceptant trois de ses relais. L’athlète de 38 ans a finalement rejoint un receveur 23 fois en 43 essais, pour 291 verges et un majeur.

Rodgers n’aura d’ailleurs que lui à blâmer, puisque sa défensive a été en mesure de contenir l’attaque des Lions, qui n’a franchi que 254 verges au total. Le pivot Jared Goff a été plutôt inefficace, complétant 14 de ses 26 relais, pour 137 verges, en plus d’être victime d’une interception. Il a toutefois réussi deux passes de touché.

Cinq majeurs pour Mixon

À Cincinnati, les amateurs de «fantasy football» qui avaient le porteur de ballon Joe Mixon dans leur alignement ont sans doute sauté de joie en voyant que leur joueur a inscrit cinq majeurs dans un gain de 42 à 21 des Bengals contre les Panthers de la Caroline.

Mixon a porté le ballon 22 fois, pour des gains de 153 verges. Il a franchi la ligne des buts adverses quatre fois de cette façon. Il a aussi capté quatre relais, pour 58 verges additionnelles et un autre touché.

Les favoris de la foule n’ont jamais été inquiétés, eux qui menaient 35 à 0 à la demie, puis 42 à 7 après trois quarts.

En bref

À Atlanta, le botteur des Chargers de Los Angeles Cameron Dicker a réussi un placement de 37 verges, alors que les dernières secondes du temps réglementaire s’écoulaient, pour offrir un gain de 20 à 17 aux siens contre les Falcons.

À Jacksonville, les Jaguars ont eux aussi causé une certaine surprise en défaisant les Raiders de Las Vegas 27 à 20. Le porteur de ballon Travis Etienne a eu un autre bon match dans la victoire, avec 126 verges totales et deux majeurs.

À Washington, le botteur des Vikings du Minnesota Greg Joseph a converti un placement de 28 verges, alors qu’il restait à peine plus d’une dizaine de secondes à jouer, pour offrir un gain de 20 à 17 aux siens, contre les Commanders.

À Chicago, les Dolphins de Miami et les Bears se sont livré tout un duel offensif. Les visiteurs ont été en mesure de s’imposer 35 à 32. Les quarts-arrière Tua Tagovailoa et Justin Fields, respectivement dans la victoire et la défaite, ont chacun réussi trois passes de touché contre aucune interception.

À Foxborough, la défensive des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a été sans pitié pour l’attaque des Colts d’Indianapolis et ils l’ont emporté 26 à 3. Les vainqueurs ont réussi pas moins de neuf sacs du quart et une interception aux dépens du pivot Sam Ehlinger.