Crédit : AFP

Coupe du monde 2022

Messi, un titre pour s'asseoir à la droite du Dieu Maradona

Publié | Mis à jour

Un trophée pour devenir le plus grand, plus grand peut-être que Maradona: au Qatar, Lionel Messi rêve de décrocher sa première Coupe du monde et d'en offrir une troisième à l'Argentine après 1978 et 1986, le chef d'oeuvre du légendaire « Pibe de Oro ».

Quelques jours après la mort de Diego Maradona, en novembre 2020, Messi avait inscrit un but avec Barcelone face à Osasuna et avait enlevé son maillot blaugrana pour en révéler un autre, celui des Newell's Old Boys, floqué du N.10 de « Diego ».

C'est dans ce club de Rosario, sa ville natale, que Messi a appris le football. Gamin, avant de rejoindre Barcelone à l'âge de 13 ans et d'y bâtir sa légende, il y a aussi admiré Maradona, revenu d'Europe pour finir sa carrière chez lui, aux Newell's puis à Boca Juniors.

Depuis, Messi a tout gagné. Sept Ballons d'Or, quatre Ligues des Champions, une avalanche de championnats et de coupes avec Barcelone puis le Paris Saint-Germain et même une Copa America l'été dernier, son premier trophée avec l'Argentine, qui attendait ça depuis 1993.

Le Mondial lui résiste

Il a inscrit des buts par centaines, il a enchanté la planète football par ses dribbles, ses passes, ses inventions, sa vitesse. Il est le capitaine de la sélection argentine, le meilleur buteur de son histoire (90 buts) et celui qui en a le plus souvent porté le maillot (164 sélections). Mais le génial N.10 n'a pas gagné la Coupe du Monde, butant contre l'Allemagne en finale en 2014.

« Voir la sélection gagner avec Messi à sa tête, c'est ce que nous les Argentins, nous espérons tous. Ce serait fantastique. En Argentine, on vit pour le foot. Voir Messi soulever la coupe serait la plus belle chose au monde », a expliqué le défenseur argentin de l'OM Leonardo Balerdi.

« Le football doit un Mondial à Messi », avait aussi estimé en 2017 Jorge Sampaoli, alors sélectionneur de l'Albiceleste, quelques mois avant un nouvel échec en 2018 en Russie, quand l'Argentine et « la Pulga » avaient buté sur Mbappé, Pavard et les Bleus de Didier Deschamps.

Pour certains observateurs, c'est presque un détail et Messi est déjà le plus grand, Coupe du Monde ou pas. Pour d'autres il le serait avec un titre mondial et, pour quelques uns encore, essentiellement Argentins ou Napolitains, Maradona est indépassable.

« Les deux meilleurs »

« Diego a été l'idole absolue pour plus d'une génération et Messi est celle de la jeunesse. Je pense qu'il ne pourra le dépasser que s'il est champion du monde en étant la star du tournoi, le meilleur buteur et en marquant un but comme celui de Diego », a résumé pour l'AFP Daniel Bertoni, champion du monde avec l'Argentine en 1978 et coéquipier de Maradona à Naples entre 1984 et 1986. 

Le « but comme celui de Diego » est bien sûr celui inscrit au bout d'un légendaire slalom contre l'Angleterre au Mondial-86, quelques minutes après un premier, inscrit de « la main de Dieu » et tout aussi mythique.

Cette dimension quasi mystique de Maradona est ce que Messi ne pourra sans doute jamais atteindre et qu'il ne recherche pas. L'attaquant du PSG est un personnage discret, aux prises de paroles rares et sans grand relief. Son image, plutôt lisse et moins « bling-bling » que celle de son rival portugais Cristiano Ronaldo, a seulement été ternie par une condamnation pour fraude fiscale en 2017, quelques semaines avant son mariage avec Antonella, son amie d'enfance, mère de ses trois garçons (Thiago, Mateo et Ciro).

Mais alors, Maradona ou Messi? La Coupe du Monde au Qatar permettra-t-elle de trancher? Interrogé par l'AFP, l'ancien Nantais Jorge Burruchaga, auteur du but victorieux de l'Argentine contre l'Allemagne en finale du Mondial-86, sur une passe de... Maradona, évidemment, a sa réponse. « Ca ne m'intéresse pas. Les deux sont Argentins et ce sont les deux meilleurs des 40 dernières années. »