MLS

Un scénario différent pour l’Union

Publié | Mis à jour

Après avoir été privé d’une première participation à la Coupe MLS l’an dernier en raison de la COVID-19, l’Union de Philadelphie ne manque certainement pas de motivation pour ravir les grands honneurs cette année.

Tout juste avant la finale de l’Est, l’année dernière, une éclosion de COVID-19 avait touché 11 joueurs de l’équipe, dont plusieurs partants. Le capitaine Alejandro Bedoya et le gardien Andre Blake avaient notamment raté le match contre le New York City FC, que le club de la Pennsylvanie a finalement échappé 2 à 1.

Près de 11 mois plus tard, ils ont pris leur revanche contre le NYCFC – 3 à 1, encore en finale de l’Est – et affronteront le Los Angeles FC en finale. Les deux équipes ont terminé la saison avec une récolte de 67 points, mais la formation de la Californie a obtenu le Supporter’s Shield en vertu du bris d’égalité.

Cette revanche a certainement eu un effet pour le moins bénéfique au sein des troupes. Surtout que la victoire a été obtenue en vertu d’une remontée.

«J’ai cette confiance, vous savez, que nous sommes là pour une raison, a dit Blake dimanche après la rencontre, selon le quotidien "Philadelphia Inquirer". Nous étions ici l'année dernière et beaucoup d'entre nous n'ont pas pu jouer.»

«J'étais juste détendu, j'étais libre, je n'étais pas inquiet, a dit Blake à propos de son état d’esprit pendant que ses rivaux menaient. Donc je n'avais aucun doute – même si c'était moi qui allais monter là-haut et marquer un but –; je savais que d'une manière ou d'une autre, nous trouverions un moyen de sortir vainqueur.»

Changement de culture

Les choses ont bien changé chez l’Union au fil des dernières années. L’entraîneur-chef Jim Curtin y est certainement pour quelque chose. Arrivé en 2014, il est parvenu à mener son équipe tout près du sommet, un petit pas à la fois.

Bedoya, qui est devenu membre de l’équipe en 2016, est bien placé pour en parler.

«Quand je suis arrivé ici, il y avait beaucoup de choses qui n'étaient pas vraiment assez bonnes, a-t-il déclaré. Et vous voyez à quel point nous avons changé, en termes de type de joueurs que nous amenons maintenant, notre académie s'améliore et juste la mentalité. C'est un changement de culture.»

«Du crédit revient à Jim et à son personnel d’instructeurs», a ajouté le capitaine.

La Coupe MLS aura lieu samedi à 16h, au Banc of California Stadium.