Tennis

Championnat WTA: c'est bien parti pour Maria Sakkari

Publié | Mis à jour

La numéro 7 mondiale Aryna Sabalenka et Maria Maria Sakkari (5), demi-finaliste de la précédente édition, ont bien entamé les finales de la WTA, en battant respectivement Ons Jabeur (2) et Jessica Pegula (3), dans le groupe Nancy Richey, lundi à Fort Worth au Texas.

«D'une certaine manière, un miracle s'est produit pour moi et j'ai pu gagner ce match», a dit Sabalenka, parvenue à renverser Jabeur 3-6, 7-6 (7/5), 7-5, au bout d'une lutte très serrée, longue de 2h28. 

TVA Sports 2 présentera la 2e journée des finales de la WTA à compter de 16h, mardi.

La Tunisienne, finaliste à Wimbledon et à les Internationaux des États-Unis cette saison, a en effet été très proche d'en finir, en se retrouvant à deux points de la victoire dans le bris d'égalité de la deuxième manche, après avoir facilement empoché le premier. 

Mais dans la deuxième manche, la Bélarusse a été récompensée par sa persévérance, parvenant à ne pas craquer malgré trois bris réussis par sa rivale, quand elle pensait avoir fait la différence à chaque fois.

Finales WTA: Jabeur brise Sabalenka en deuxième manche -

La Tunisienne, usant souvent de cet amorti qui fait sa réputation, a su ravaler sa frustration dans le troisième set, menant 4-2 après un bris dans le troisième jeu. Mais Sabalenka a su s'accrocher pour revenir à hauteur, avec ses coups de boutoir.

Et c'est finalement Jabeur qui a fini par céder, sur la première balle de match procurée par sa rivale, non sans manquer, noble, d'aller saluer Sabalenka, prise sous le coup de l'émotion après son retour.

Plus tôt, Sakkari avait bataillé 2h11 pour venir à bout 7-6 (8/6), 7-6 (7/4) de Pegula.

Crédit photo : AFP

Les deux joueuses se sont d'abord fait des amabilités, cédant leur service trois fois, à tour de rôle. Tant et si bien que la Grecque, qui avait à chaque fois brisé la première, a dû attendre le jeu décisif pour se détacher, en convertissant sa troisième balle de manche.  

D'entrée de seconde manche, elle a ravi l'engagement de sa rivale, qui l'avait battue il y a deux semaines en finale du Masters 1000 de Guadalajara, pour mener 3-0. Mais Pegula est encore parvenue à recoller au score.

En vain, car après avoir sauvé deux balles de matchs sur son service à 6-5, l'Américaine a encore craqué dans le bris d'égalité, envoyant la balle dans le filet sur la troisième opportunité de Sakkari, qui mène désormais 4-2 dans leurs confrontations.

«Je suis très heureuse de m'être imposée, les matches ne sont jamais faciles face à Jessica. Il fallait que je me batte et que je garde confiance dans mon jeu», a-t-elle réagi à chaud sur le court, dans une Dickies Arena qui sonnait creux, avec à peine un millier de spectateurs présents, l'enceinte pouvant en accueillir 14 000.