LHJMQ

«Notre meilleur match de l’année»

Publié | Mis à jour

Ce serait un euphémisme de dire que le premier trio des Remparts a connu une bonne fin de semaine. Après avoir récolté neuf points samedi soir, face aux Eagles du Cap-Breton, ils en ont remis avec 11 points combinés dans une victoire de 7 à 1 sur les Voltigeurs de Drummondville, dimanche.

Théo Rochette a marqué deux buts et ajouté une passe ; Pier-Olivier Roy a marqué une fois et récolté trois aides ; Zachary Bolduc a terminé le match avec quatre mentions d’assistance. Les trois attaquants ont malmené les défenseurs des Voltigeurs pendant une bonne partie de la rencontre.

Voyez les faits saillants du match, ci-dessus, gracieuseté de la LHJMQ.

« Ils ont dominé. Ils étaient partout sur la glace, a commenté Patrick Roy après le match. Ç’a probablement été notre meilleur match de l’année. Je pense qu’on a donné trois chances à cinq contre cinq et on en a eu beaucoup de notre côté. Si ce n’est pas de [Jacob] Goobie, ça finit plus que 7 à 1, ce match-là. »

Selon lui, son premier trio est plus
engagé dans toutes les facettes du jeu qu’il ne pouvait l’être en début de saison, et c’est ce qui explique les récents succès.

« La chimie aide, mais leurs succès proviennent de leur façon de jouer. En début d’année, on n’allait pas au filet et on ne restait pas au filet. Là, on est toujours devant le but et on y reste. »

« On a trouvé notre erre d’aller, renchérissait Rochette. Ç’a cliqué dans les pratiques cette semaine et en fin de semaine, on travaillait, on était partout et on était rapides sur les rondelles. Je pense qu’on est une ligne vraiment rapide et c’est ce qui fait une partie de nos succès. »

COOPER, LE HÉROS OBSCUR

En plus de Rochette et de Roy,
Zachary Marquis-Laflamme, Davis Cooper, Édouard Carrier et Nathan Gaucher ont marqué pour les Remparts, qui ont remporté 12 de leurs 14 parties cette saison.

Dans le cas de Cooper, il s’agissait non seulement d’un sixième pour lui cette saison, mais encore d’un deuxième en désavantage numérique, ce qui lui permet de se classer à égalité au troisième rang à ce chapitre dans la LHJMQ. 

Lors de ses deux premières saisons combinées, pour un total de 95 parties, le natif de Halifax n’avait touché la cible que quatre fois.

« Cette année, je me sens beaucoup plus en confiance et j’ai une bonne chimie avec mes partenaires de trio [Andrew Gweon et Zachary Marquis-Laflamme]. Je trouve le fond du filet plus facilement cette année. »

Pour Patrick Roy, qui l’avait acquis lors du camp d’entraînement de la saison dernière, en retour d’un choix de septième ronde, tout est une question de confiance dans le cas de Cooper.

« Il a confiance en son lancer. Il marque des buts donc ça amène à jouer avec plus de confiance. Je le vois avec la rondelle, il est plus à l’aise et confortable et il a une chimie incroyable avec Gweon. Les deux se trouvent bien sur la patinoire. C’est un trio difficile à affronter et qui travaille de la bonne façon. On a une belle profondeur présentement. »

PÉNALITÉ COÛTEUSE

Dans le camp adverse, l’entraîneur-chef Steve Hartley estimait que le tournant de la rencontre avait été une pénalité imposée à Marc-Olivier Beaudry en fin de première, pour un coup porté à la tête de Gweon. Les Remparts en ont profité pour faire 3 à 1 et les Voltigeurs se sont écroulés par la suite.

« Pour moi, c’est une mise en échec légale. Gweon s’est placé dans une position vulnérable en essayant d’esquiver notre joueur. Je trouve que c’est là que le match a tourné. C’est une belle machine de hockey, ils ont été très opportunistes et ont capitalisé sur leurs chances. »

Hartley ne plaçait toutefois pas le blâme complet sur la décision des officiels en première. À ses yeux, son équipe n’a jamais été en mesure de se remettre de ce troisième filet.

« Ce n’est jamais plaisant de perdre 7 à 1, mais on se doit de se relever et de trouver une façon à l’interne, et ça inclut les entraîneurs, de changer le vent quand il ne va pas de notre côté. » 

Par ailleurs, le défenseur Samuel Lachance a été suspendu pour deux parties par la LHJMQ, à cause d’un bâton élevé porté à l’endroit d’un rival lors du match de samedi face aux Eagles du Cap-Breton. Il a purgé le premier dimanche.