CF Montréal

CF Montréal: nouveau contrat pour Samuel Piette

Publié | Mis à jour

Samuel Piette est à Montréal pour y rester. Le CF Montréal a annoncé vendredi que le milieu de terrain avait signé une entente de trois ans, assortie d’une année d’option.

C’est donc dire que le Repentignois de 27 ans sera lié au club jusqu’à la fin de la saison 2025, en plus de l’option pour 2026, année de la prochaine Coupe du monde, ce qui est un beau hasard.

«Je suis très content de rester à Montréal. Le but de tout ça était d’avoir une certaine tranquillité d’esprit», a confié Piette au téléphone lorsqu’il se dirigeait vers le Centre Nutrilait pour s’y entraîner en matinée.

Piette vient de disputer sa sixième saison dans un maillot montréalais et possiblement sa meilleure. Il a déjà derrière la cravate plus de 150 matchs avec le CF Montréal, toutes compétitions confondues. Il a accumulé 143 rencontres en MLS, dépassant les 11 000 minutes jouées.

À la maison

Le capitaine, dont le contrat précédent comprenait une option pour 2023, aurait possiblement pu faire plus d’argent ou même attendre de faire monter sa valeur à la Coupe du monde, mais ça n’a jamais été son intention.

«Pouvoir faire ce que j’aime, ici à la maison, ça vaut vraiment cher. Je peux aussi faire des trucs autres que le soccer. J’aime beaucoup mieux faire un peu moins à Montréal que faire plus à Salt Lake City ou à Foxboro», a-t-il insisté.

«Il y a la Coupe du monde qui s’en venait. On aurait pu penser que je voulais faire monter les offres, mais ça ne m’intéressait pas vraiment.»

«Pour moi, c’était important de rester à Montréal pour la famille. Mon gars va à la garderie et ma conjointe a un nouvel emploi à partir de janvier. On a signé nos contrats le même jour.»

Piette ne dit pas qu’il ne retournera jamais en Europe, mais ça ne fait plus partie de ses priorités.

«C’est un "trip" que j’ai vécu. Comme dans n’importe quel domaine, si une opportunité se présente, je vais regarder les options.»

«Mais je suis rendu à 27 ans, j’ai une famille et il n’y a pas de meilleur endroit pour vivre.»

Près des siens

La famille est au cœur des valeurs de Piette, on comprend mieux pourquoi pouvoir pratiquer son sport près de chez lui est important pour lui.

«Je peux voir mes amis et mes parents. Les gens ne réalisent pas ça. Il y a plus que juste la "job" et juste le foot. Les gens voient les matchs et les entraînements. Mais ce n’est que trois ou quatre heures de nos journées.»

Il donne ensuite un exemple bien concret

«Par exemple, ce soir [vendredi], je vais voir le Rocket avec deux de mes amis qui ne sont pas des coéquipiers et ensuite, on va aller prendre un verre avec d’autres amis qui n’ont pas rapport avec le soccer.»

Piette précise qu’un de ces amis est notre collègue chroniqueur au «Journal», Philippe Léger.

«On va pouvoir parler d’autre chose que de soccer, comme de politique, par exemple.»

Ambassadeur

Le représentant du «Journal» connaît Piette depuis assez longtemps pour vous assurer qu’il est sincère dans tout ce qu’il dit. C’est un homme franc, passionné et humain qui dit ce qu’il pense.

Voilà pourquoi il était important pour le CF Montréal, mais aussi pour Piette, qu’il reste à la maison. C’est une tête d’affiche qui vaut son pesant d’or et c’est un rôle qu’il embrasse à bras-le-corps.

«J’ai ce rôle d’ambassadeur pour le club, mais aussi pour le soccer québécois. Avec une Coupe du monde qui s’en vient à la maison, il n’y a pas de meilleur moment pour continuer à prendre ma place.»

Et Piette affirme avec sa franchise qu’il veut laisser une trace dans le soccer québécois.

«Je l’ai toujours dit, je veux devenir un des plus grands joueurs du club et du soccer québécois, pas en termes de but, note-t-il en riant, mais dans la longévité.»