Crédit : Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

LHJMQ

Remparts: une arme à double tranchant

Publié | Mis à jour

Zachary Bolduc, Théo Rochette, Evan Nause, Mikaël Huchette... 

Plusieurs joueurs des Remparts ont goûté à l’expérience d’un camp de la Ligue nationale au cours des dernières semaines, mais il s’agit peut-être là d’une arme à double tranchant.

«Les premiers matchs, quand on revient, sont toujours plus difficiles, a reconnu samedi le capitaine Théo Rochette, qui a participé au camp des Flyers. Surtout quand tu n’as pas pratiqué. Le rythme est différent, ce sont des camps très intenses, alors quand tu reviens, tu as toujours une petite baisse de régime.»

Patrick Roy abonde dans le même sens. Face à l’Océanic, il présentait pour la première fois de la saison une formation complète à domicile. 

«C’est une bonne gang, mais les gars reviennent des camps professionnels, et c’est mon travail de m’assurer qu’ils restent humbles et que tout le monde respecte l’adversaire», a affirmé l’entraîneur-chef. 

Plus facile?

Roy a rappelé qu’il comprenait bien comment ses joueurs pouvaient se sentir, car il est lui-même passé par là dans ses jeunes années. 

«Ce n’est pas juste une question de rodage. Des fois, on pense que ça peut être plus facile [dans le junior], parce qu’on a joué avec des pros. Et c’est normal» a-t-il expliqué. 

«C’était la même chose pour moi quand je suis revenu avec Granby après ma première expérience chez le Canadien, a-t-il poursuivi. Moi ce que je leur dis, c’est qu’il faut regarder les professionnels qui réagissent comme des professionnels, qui se comportent en professionnels. C’est le modèle que je veux qu’on reproduise.» 

Si cette période d’adaptation est normale à ses yeux, Patrick Roy estime toutefois qu’elle est presque terminée. Tous les joueurs sont revenus et ont disputé plus qu’un match avec l’équipe. 

«On a fait un pas dans la bonne direction [contre l’Océanic].»

Une performance beaucoup plus rassurante 

Les Remparts avaient aussi gagné vendredi, mais Roy n’avait pas aimé la performance de ses deux premiers trios ni le jeu collectif de sa troupe, reléguant aux oubliettes l’adage sportif qui veut que «ce ne soit pas comment, mais combien».

«Je leur ai reparlé avant le match [de samedi] pour m’assurer que ça ne se reproduise pas», a pointé l’entraîneur-chef, qui, avec son équipe, est revenu à Québec en pleine nuit.

«On a parlé beaucoup, a-t-il poursuivi. Je ne veux pas qu’on perde notre concentration après les sifflets. [...] Dans le contexte d’un deuxième match en deux jours, après être rentrés tard, on a disputé un très bon match.»

C’est James Malatesta qui a ouvert la marque pour les Remparts en première, mettant la touche finale à un superbe «tic-tac-toe» avec Frantisek Rindon et Nathan Gaucher.

Des revirements coûteux

Mais les visiteurs ont pris à leur tour les devants durant la période médiane, par l’entremise de William Dumoulin et de Luka Verreault.

De quoi rappeler de mauvais souvenirs du passage à Boisbriand, où les «Diables rouges» s’étaient forgé une avance de 3 à 0 pour finalement l’emporter 4 à 3...

«[Samedi], on a fait quelques revirements en première, mais ils n’ont pas été coûteux. En deuxième, ils l’ont été, et ça, c’est un aspect qu’on peut améliorer», a analysé Roy.

«Ce que j’ai aimé, c’est qu’on n’a jamais perdu notre concentration, a-t-il poursuivi. Même si ç’a été 2 à 1 pour eux, on a gardé notre calme et on a continué à jouer notre style de hockey.»

Théo Rochette a nivelé la marque en fin de deuxième. Le capitaine des Remparts a dévié une passe précise de Zachary Bolduc dans le filet de l’Océanic, inscrivant du même coup son premier de la campagne.

«On voulait sortir forts. La première période nous a donné beaucoup confiance, a soulevé Rochette. En deuxième, on s’est compliqué la vie, et on n’a pas voulu répéter cela en troisième.»

Ce fut réussi, puisque les Remparts ont ensuite dominé la dernière période.

Le défenseur Evan Nause, qui n’est pourtant pas reconnu comme un fin marqueur, a battu le gardien Patrik Hamrla d’un tir des poignets qui s’est frayé un chemin jusque dans le haut du filet.

Hamrla a cédé trois fois sur 25 lancers. À l’autre extrémité de la patinoire, William Rousseau, qui avait obtenu congé vendredi, a signé sa cinquième victoire en six matchs, concédant deux buts sur 15 tirs.

Pier-Olivier Roy s’est échappé dans le territoire de Rimouski en toute fin de match pour compléter la marque dans un filet désert.

«Pas une bonne décision»

Malatesta – dont le jeu physique a été louangé par son entraîneur – était au cachot pour rudesse quand les Remparts ont mis le match hors de portée de l’Océanic.

Une punition qui n’aurait pas dû être appelée, croit Patrick Roy.

«J’étais content qu’on marque le but à six contre quatre, parce que la game a été fair, a-t-il soulevé. Je pense que ce n’est pas une bonne décision qui a été appelée contre lui, et marquer ce but-là, c’était pleinement mérité pour notre équipe.»

Les Remparts disputeront leur prochain match mardi, chez les Saguenéens.