Crédit : PHOTO COURTOISIE / CARABINS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

Football universitaire RSEQ

Montréal-Nord : «Des modèles qui leur ressemblent»

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL – Donner un exemple positif, voilà ce qu’on fait deux joueurs des Carabins de l’Université de Montréal en rencontrant des jeunes de l’école secondaire Henri-Bourassa de Montréal-Nord.

Vendredi dernier, Edouardo-Benjamin Sreng-Flores et Lyshawn Dubois, tous deux originaires du quartier, ont présenté leurs parcours à des athlètes qui composent l’équipe de football cadet masculine et la formation juvénile féminine de «flag football» des Béliers.

«J’ai adoré mon expérience, a affirmé Dubois, après être descendu de l’estrade de l’auditorium. Les jeunes ont été accueillants et ils m’ont posé de bonnes questions. Ça me motive à en faire plus. Quand j’étais jeune, il n’y a jamais personne qui a fait ça pour moi. [...] Je me trouve privilégié de pouvoir développer une connexion avec eux.»

Se reconnaître

Le porteur de ballon a raconté qu’il n’avait pas toujours été sérieux et qu’il avait de mauvaises fréquentations pendant son adolescence. Questionné par un élève sur les raisons qui l’ont mené à se prendre en main, il a expliqué que la naissance de son petit frère avait changé sa façon de voir la vie. Dubois a réalisé qu’il devait être une bonne figure paternelle pour celui-ci, puisque leur père n’était plus de ce monde.

L’histoire du jeune homme de 21 ans a particulièrement trouvé écho auprès de Kerby. Tous les jours quand la cloche annonce la fin des cours, l’adolescent de 13 ans se précipite de l’autre côté de la rue pour aller chercher son petit frère à l’école primaire. Il le ramène ensuite avec lui pour pouvoir participer à son entraînement de football. Ce rituel a d’ailleurs pu être observé pendant la présentation des joueurs des Carabins, alors que Kerby a disparu quelques minutes pour ensuite revenir avec un enfant.

«Je vois leur visite comme un honneur, parce que ça me donne un peu d’importance. Ils auraient pu choisir d’autres écoles, mais ils sont venus dans la nôtre», a dit le receveur de passes des Béliers, qui doit déjà composer avec des responsabilités d’adulte malgré son jeune âge.

«Savoir que ces gars-là sont du même coin que moi, ça me dit que moi aussi je peux réussir», a ajouté Kerby.

Des modèles

L’initiative de cette rencontre est venue conjointement de l’entraîneur de la ligne défensive des Carabins, Gladymir Charmant, et du responsable des sports à l’école secondaire Henri-Bourassa, Mohammed Ayman Nechchad.

«Il y a une réalité difficile dans notre milieu et dans notre quartier. Nous voulons que nos jeunes soient en contact avec des modèles qui leur ressemblent et qui connaissent la même réalité qu’eux», a indiqué le second.

«La représentation, c’est important. Voir deux gars qui viennent du même quartier qu’eux, ça peut être inspirant, a renchéri Charmant. Ils ont devant eux deux étudiants-athlètes qui vont obtenir des baccalauréats et qui ont utilisé le football comme véhicule pour atteindre un but.»

À en croire les dires des quelques jeunes interrogés après la conférence, les deux adultes ont frappé dans le mille.

«C’est inspirant de savoir qu’il existe des opportunités. S’ils ont réussi à le faire, pourquoi moi je ne pourrais pas y arriver?», a soulevé Aïcha, 16 ans, avec le sourire.