JiC

«Sincèrement, je ne m’y attendais pas» - Huberdeau

Publié | Mis à jour

La date du 22 juillet 2022 restera gravée longtemps dans la mémoire du Québécois Jonathan Huberdeau. Le directeur général des Panthers de la Floride, Bill Zito, l’appelait tard en soirée pour lui apprendre qu’il prenait le chemin de Calgary.

Les Flames ont mis la main sur Jonathan Huberdeau, le défenseur MacKenzie Weegar, l’espoir Cole Schwindt et un choix de premier tour en 2025 des Panthers de la Floride en retour du fougueux Matthew Tkachuk ainsi qu’un choix conditionnel dans une transaction monstre qui a secoué le milieu du hockey. 

«Sincèrement, je ne m’y attendais pas. Je pensais plutôt recevoir une prolongation de contrat. Quand j’ai reçu l’appel de Bill Zito à 23h le soir, j’ai compris que ce n’était pas pour me prolonger en Floride», a d’abord exprimé en entrevue avec JiC l’ancien choix de premier tour, troisième au total de l’équipe floridienne lors de l’encan 2011.

L’ailier âgé de 29 ans venait de connaître une saison du tonnerre, la meilleure production offensive de sa carrière avec une récolte de 30 buts et 85 mentions d’aide pour un total de 115 points en 80 parties jouées.

«Ç’a été un choc lors de la première semaine. Après ça, je me suis dit qu’il fallait voir le positif là-dedans et aller de l’avant. C’était important pour moi de savoir où j’allais m’établir. Je suis content. Je suis un membre des Flames et je suis excité de ce nouveau chapitre.»

Bien qu’il n’y ait pas de bonne façon de quitter une équipe, le produit des Sea Dogs de Saint-Jean dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est fier de son parcours à Sunrise.

«J’ai quitté en leader. Je ne regrette rien de mon passage en Floride. C’est certain qu’on aurait préféré gagner davantage. Ça fait partie de la vie, je crois que c’est une transaction basée sur l’aspect contractuel.» 

Un appel à venir avec Roberto Luongo

«On ne s’est pas parlé de vive voix depuis l’échange. Roberto voulait qu’on s’appelle à la suite de la transaction, mais par après je ne voulais pas parler à personne. La poussière est maintenant retombée, je n’en veux pas à personne. On va se parler bientôt. Même chose pour Bill Zito.»

Une campagne de charme

Le grand manitou des Flames, Brad Treliving s’est déplacé à Montréal afin de rencontrer sa nouvelle acquisition, plus tôt cet été. Ce souper au restaurant s’est avéré payant pour l’organisation albertaine, car Huberdeau acceptait un pacte de huit ans et 84 M$ quelques jours plus tard.

«Les Flames me voulaient beaucoup et avec la prolongation de contrat qu’ils m’ont octroyé, ils souhaitent que je sois un leader là-bas et ils veulent bâtir autour de moi. Je trouve ça flatteur», toujours selon le natif de Saint-Jérôme.

«Lorsque j’ai rencontré Brad à Montréal, j’ai eu l’impression que le club voulait gagner dès maintenant. C’est en partie pourquoi j’ai signé. On va être une bonne équipe, j’ai hâte de voir ce qu’on peut faire.» 

Voyez l'entrevue intégrale dans la vidéo principale ci-dessus.