Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Alouettes de Montréal

Aucune transaction prévue pour les Alouettes

Publié | Mis à jour

Danny Maciocia aura le loisir de changer d’idée advenant une défaite contre les Elks, samedi à Edmonton, mais de prime abord, l’entraîneur-chef par intérim et directeur général des Alouettes de Montréal n’entend pas procéder à une transaction d’ici la date limite des échanges dans la Ligue canadienne de football (LCF), mercredi prochain.

«Probablement qu’il n’y aura aucune transaction. Je ne vois pas ce qu’on pourrait aller chercher, considérant ce que ça pourrait nous coûter, a indiqué Maciocia dans une entrevue accordée jeudi avant le départ des Alouettes pour l’Ouest canadien. Nous sommes confiants avec l’équipe que nous avons ici, même chez les joueurs qui ne sont pas en uniforme pour les matchs. Nous sommes confiants envers nos substituts si on a besoin de les appeler pour jouer.»

«Il n’y aura probablement pas de transaction, mais nous sommes toujours à l’écoute s’il y un appel qui arrive et que ça fait du bon sens de transiger pour s’améliorer», a finalement ajouté l’homme de 55 ans, en toute logique.

Les Alouettes (6-7) ont remporté quatre de leurs cinq derniers matchs et Maciocia démontre une grande confiance envers les joueurs qu’il a sous la main. Le quart-arrière Trevor Harris éprouve un sentiment identique.

«Je crois que nous avons tout ce qu’il faut pour accomplir ce qu’on veut d’ici le reste de l’année, a commenté Harris. C’est le dossier de Danny, mais je suis content de savoir qu’il pense de cette façon, car j’ai aussi confiance en mes coéquipiers qui se trouvent dans ce vestiaire.»

L’importance du mois d’octobre

En visitant les Elks samedi, les Alouettes entameront leur sprint final de la saison régulière, composé d’un total de cinq parties en octobre. Les rendez-vous suivants seront les 10 et 14 octobre, chaque fois contre le Rouge et Noir d’Ottawa. Le club montréalais complétera la campagne en affrontant les Argonauts de Toronto à deux occasions, les 22 et 29 octobre.

«Pour toutes les équipes avec lesquelles je suis allé jusqu’à la finale de la Coupe Grey, que ce soit en 2012, 2016 ou 2018, nous avions été dominants dans le dernier mois de la saison, a exposé Harris. Une fois dans la zone payante, il faut réussir le touché et ne pas se contenter d’un placement. Il faut éviter les pénalités et être explosifs. L’attaque doit être en mesure de rester sur le terrain quand vient le temps de donner du repos à la défensive. C’est le type de choses qu’il faut faire dans les cinq derniers matchs de la saison. Il faut accumuler les victoires, mais aussi rester dans un bon état d’esprit.»

Gagner comme numéro 1

En 2012, Harris disputait sa première saison dans la LCF, avec les Argonauts, tandis qu’il évoluait pour le Rouge et Noir, en 2016 et en 2018. Le quart-arrière a ainsi été couronné champion de la Coupe Grey en 2012 et 2016, mais il n'était pas le principal pivot à l’attaque. Il s'agissait plutôt de Ricky Ray et d'Henry Burris, respectivement.

«Ma réputation est plus solide maintenant, mais je n’ai encore jamais remporté la Coupe Grey à titre de quart-arrière numéro 1», a souligné Harris, en disant vouloir prouver sa valeur d’ici la fin de la saison avec les Alouettes.

«Pour moi, ce qui compte, c’est ce que nous sommes présentement et ce que nous devenons, a ajouté l’Américain de 36 ans. Il nous reste cinq matchs à jouer et nous contrôlons notre destinée.»