Crédit : AFP

MLS

D.C. United: un entraîneur proche de ses joueurs

Publié | Mis à jour

Le D.C. United arrive bientôt au bout de sa saison de misère, qu’il est assuré de terminer au dernier rang du classement de l’Association de l’Est de la Major League Soccer (MLS). Il y a tout de même quelques points positifs à retenir, notamment l’arrivée de Wayne Rooney au poste d’entraîneur.

L’Anglais a évolué dans la capitale américaine en 2018 et 2019 et dirige désormais plusieurs de ses anciens coéquipiers. Il y a ainsi une belle relation de travail qui s’est formée entre le légendaire attaquant et ses troupiers depuis qu’il a été engagé en juillet.

«Personnellement, je crois que c’est bien d’avoir un entraîneur avec qui tu as joué, quelqu’un qui me connaît bien et qui sait ce dont je suis capable, avait déclaré au début du mois de septembre le défenseur Chris Odoi-Atsem en entrevue avec la radio WTOP News. Dès qu’il est arrivé, il m’a parlé et m’a dit que je faisais partie de son système [de jeu]. Je revenais d’une blessure à ce moment, donc il voulait que je travaille afin d’être capable de jouer 90 minutes, progressivement.»

Avec 18 matchs cette saison, une marque personnelle, Odoi-Atsem obtient finalement le temps de jeu qu’il mérite après des années à combattre des blessures, mais aussi la maladie. L’Américain de 27 ans a reçu il y a trois ans un diagnostic de lymphome d’Hodgkin.

Des blessures coûteuses

Depuis plusieurs matchs, le D.C. United doit utiliser son troisième gardien, l’ancien du Real Salt Lake David Ochoa. Devant la cage, Bill Hamid n’a plus joué depuis mai en raison d’une blessure et Rafael Romo a été opéré au genou le 20 septembre.

Ochoa devrait ainsi être l’homme de confiance de Rooney samedi contre le CF Montréal. En septembre, il a réalisé deux jeux blancs, mais il a accordé trois buts par match à ses deux dernières sorties.

La troupe de Wilfried Nancy devra se méfier de l’attaquant Christian Benteke, qui, avec son gabarit imposant, peut jouer un rôle à l’avant. Le Belge a inscrit son premier but en MLS lors du dernier match des siens, le 18 septembre.

«Il est une cible de choix à l’avant. On peut constater que ça nous a vraiment aidés. Parfois, quand il faut éviter la pression [adverse], on lui envoie le ballon et il le conserve. Ensuite, toute l’équipe peut monter et se joindre à l’attaque», a analysé Odoi-Atsem.

À la dernière rencontre entre les deux équipes, le 23 juillet, le CF Montréal l’avait emporté 2 à 1 à l’Audi Field. Cette fois, le Bleu-Blanc-Noir aura en plus le luxe de jouer à la maison au Stade Saputo.