Crédit : AFP

LNH

Tyler Toffoli pourrait s’amuser follement cette année

Publié | Mis à jour

L’arrivée de Jonathan Huberdeau chez les Flames de Calgary devrait permettre à certains de ses nouveaux coéquipiers d’offrir une production offensive bonifiée, à commencer par Tyler Toffoli.

L’ancien porte-couleurs du Canadien de Montréal amorcera sa première saison complète avec l’équipe albertaine, ayant été acquis durant la dernière campagne. Comme le reste de la planète hockey, il a pris note de la transaction importante conclue cet été par les Flames, qui ont obtenu Huberdeau des Panthers de la Floride.

Or, le Québécois risque bien d’avoir amplement de temps pour apprendre à connaître Toffoli, car les deux hommes ont de bonnes chances de se retrouver au sein d’un trio complété par Elias Lindholm. Si la nouvelle acquisition de l’organisation poursuit sur la voie lui ayant permis de récolter 85 mentions d’aide l’an passé, ses partenaires en seront sûrement ravis.

«J’ai joué un peu avec "Lindy" l’an dernier et pas mal sur l’avantage numérique, donc je le connais bien. Et évidemment, Hubie est un excellent joueur. Avant même le début du camp, en le voyant se diriger sur la glace, on pouvait constater qu’il est tout un patineur et un bon gars. Il s’agit d’une belle opportunité d’évoluer avec un grand fabricant de jeux. Il a connu une grosse année et il s’agit d’une occasion formidable pour moi», a expliqué Toffoli au quotidien «Calgary Sun».

Néanmoins, celui ayant inscrit 20 buts en 74 matchs au cours de la plus récente saison se doute bien que tout ne sera pas parfait. Il faudra un peu de patience pour faire lever le tout.

«Je crois qu’il y aura des hauts et des bas, comme pour tout le reste, a-t-il dit. On devra prendre le temps et essayer de s’habituer les uns aux autres sur certains points et petits jeux. On avancera à partir de là.»

Pas trop difficile

Malgré le changement de décor survenu en 2021-2022, le vétéran ne semble pas avoir éprouvé trop d’ennuis à trouver ses repères au camp des Flames. Il n’anticipe pas d’obstacles à cet égard non plus en début de campagne.

«Honnêtement, la transition n’a pas été trop compliquée, connaissant plus de la moitié des gars ici déjà. Je pense que d’être ici et capable de jouer avec eux pour travailler adéquatement est excitant. Nous le sommes tous selon moi, a-t-il précisé. Pour ma part, j’ai vécu un premier véritable été en pratiquement quatre ans. Conséquemment, en arrivant au camp, j’ai profité d’un avantage supplémentaire pour l’étape suivante. Je me sens à mon mieux et je suis enthousiaste pour la suite.»