Crédit : AFP

Soccer

Soccer: le Canada a été pris de vitesse

Publié | Mis à jour

Le Canada a subi un revers de 2 à 0 face à l’Uruguay dans un match amical disputé à Bratislava, en Slovaquie, mardi après-midi.

Les Uruguayens ont marqué leurs deux buts en première demie. Nicolas De La Cruz a ouvert la marque dès la sixième minute en frappant la cible sur un coup franc provoqué par une faute de Kamal Miller, du CF Montréal.

Puis, le vétéran Luis Suarez a offert un centre parfait à Darwin Nunez, qui a prolongé le ballon de la tête à la 33e minute. Alistair Johnston s’est fait prendre de vitesse par Suarez sur la séquence.

La première demi-heure de jeu a été difficile pour les Canadiens qui ont eu besoin de temps pour s’ajuster au rythme de leurs adversaires.

Bon test

C’était un bon test pour les hommes de John Herdman qui occupent le 43e rang du classement de la FIFA, pendant que les Uruguayens pointent au 13e échelon.

Les Canadiens ont été en mesure de générer des occasions en attaque sans pouvoir marquer, souvent en raison d’un manque de vitesse dans l’exécution.

Ce sont en fin de compte des demi-chances que les Rouges ont obtenues avec leurs menaces, tandis que les Uruguayens tentaient de miser sur les balles en profondeur et les débordements par les couloirs pour prendre la défense canadienne en défaut.

C’était seulement le second affrontement historique entre les deux pays, le dernier remontant à 1986, une autre année de Coupe du monde. L’Uruguay avait défait le Canada 3 à 1 en finale de la Coupe Miami.

Humilité et espoir

Les Canadiens ont connu beaucoup de succès depuis un an; cette défaite est donc un bon test d’humilité pour une équipe relativement jeune qui aurait pu s’enflammer avec une victoire.

On réalise maintenant que malgré un 43e rang mondial, le meilleur de l’histoire de l’unifolié, il y a encore une marge à franchir pour battre une formation du top 15.

Cela étant dit, les Canadiens ont parfois été à la peine, mais ils ont tout à fait été en mesure de rivaliser avec leurs adversaires, surtout quand ceux-ci se sont repliés en défensive.

Il y a cependant du travail à faire avant que les joueurs à la feuille d’érable soient en mesure d’aspirer à l’élite mondiale, même s’ils ne s’en trouvent pas si loin.

Dans ce contexte, il est toujours permis de rêver d’ici la mi-novembre, quand la Coupe du monde se mettra en branle.

Et pourquoi pas ? Après tout, le Canada n’a vraiment pas mal paru contre l’Uruguay. C’est un résultat qui devrait au moins permettre à tout le monde d’être un peu plus réaliste dans ses attentes face à un groupe F très compétitif.

Il faut garder en tête que la Belgique est au deuxième rang de la FIFA. La Croatie est quant à elle 15e et le Maroc vient en 23e position. Le Canada peut causer la surprise, et il en est capable, mais il fera figure de négligé contre trois poids lourds qui peuvent aspirer au deuxième tour. 

Un dernier match

Le Canada conclut donc cette dernière fenêtre internationale avant la Coupe du monde avec une victoire et un revers, ayant défait le Qatar 2 à 0 la semaine dernière.

Les Canadiens auront une dernière chance de tester leurs réflexes face au Japon, un match qui sera disputé le 17 novembre prochain à Dubaï, soit moins d’une semaine avant la première rencontre de phase de groupe contre la Belgique.

Il s’agira encore là d’un bon test, puisque les Japonais occupent le 24e rang mondial. Ils ont défait les États-Unis 2 à 0 lors d’un match amical la semaine dernière.

Casse-tête

D’ici là, Herdman aura un beau casse-tête à régler parce que quelques joueurs évoluant en MLS vont se retrouver en congé dans moins de deux semaines.

C’est notamment le cas de Jonathan Osorio, de Richie Laryea et de Mark-Anthony Kaye, du Toronto FC, et de Lucas Cavallini et de Derek Cornelius, des Whitecaps de Vancouver.