La Poche Bleue le midi

«La seule affaire qu'on pouvait développer, c'était nos cadeaux de Noël»

Publié | Mis à jour

Contrairement à certaines cuvées d'espoirs du temps où il dirigeait, Michel Therrien a été impressionné par les jeunes depuis le début du camp d'entraînement des Canadiens. 

Lors de l'émission «La Poche Bleue le midi», mardi, l'ancien entraîneur y est d'ailleurs allé d'une déclaration savoureuse en commentant le passage de Michael McCarron à Montréal.

«La première priorité dans la nouvelle LNH, c'est la vitesse. Si tu as un gros bonhomme qui est capable de patiner, c'est explosif. S'il patine plus ou moins vite, ce n'est pas un avantage. On avait repêché Michael McCarron dans le temps. C'était un gros joueur de centre, mais je pouvais te dire après un an qu'il n'allait jamais jouer comme régulier dans la LNH. Ce n'est pas parce qu'il ne mettait pas les efforts, c'est un petit gars qui était dédié, mais il était toujours en retard sur le jeu. Les dépisteurs vont souvent blâmer les entraîneurs pour le développement d'un joueur. Mais je peux vous dire une affaire, la seule affaire qu'on pouvait développer c'était nos cadeaux de Noël. Il n'y avait pas grand-chose à développer.»

L'ancien entraîneur est également revenu sur le développement raté d'Alex Galchenyuk. Selon lui, le choix de première ronde en 2012 aurait pu devenir un meilleur joueur, si les circonstances avaient été différentes.

«Dans le cas de Galchenyuk, il avait été repêché comme le joueur de centre du futur. Il était censé remplacer Vincent Damphousse. Moi, je pouvais te dire après quelques matchs, que ce n'était pas un joueur de centre. Je l'avais vu dans les matchs préparatoires. Il était mêlé et il perdait confiance. Je l'avais mis à l'aile pour qu'il aille moins de responsabilités. Je l'ai eu pendant environ quatre ans Galchenyuk et, à l'époque, c'était le joueur le plus productif de son repêchage avec Filip Forsberg de Nashville. Il ne faut pas oublier qu'il a quand même marqué 30 buts. Qu'est-ce qui s'est passé après? Je n'étais plus là, je ne le sais pas. J'ai une bonne idée, mais je vais dire que je ne le sais pas.»

Une relève qui promet

L'ancien entraîneur-chef des Canadiens s'est montré beaucoup plus enthousiaste sur les actuels espoirs de la formation montréalaise, particulièrement ceux à la défense.

«J'ai aimé beaucoup le duo de Jordan Harris et Kaiden Guhle. À seulement 20 ans, Guhle m'a impressionné. J'ai aimé la manière qu'il prenait son information avant d'aller chercher la rondelle. On l'a vu se porter à l'attaque à quelques occasions. C'est lui qui m'a impressionné le plus. Lui, ça va faire un joueur de hockey. Il devrait commencer avec les Canadiens. Je l'imagine dans deux, trois ou quatre ans, avec l'expérience qu'il va prendre. Il est calme et robuste quand c'est le temps de l'être. Les Canadiens ont un excellent joueur de hockey entre les mains.»

Therrien ose même y aller d'une prédiction audacieuse sur un joueur qui n'a encore jamais joué un match de saison régulière dans le circuit Bettman.

«D'après moi, il va avoir une belle carrière. Il y a des choses qui ne mentent pas. Ça ne prend pas 20 matchs, souvent, pour savoir si un joueur va devenir un régulier. Après avoir vu un joueur à quelques reprises, tu sais s'il va jouer dans la LNH ou s'il ne va pas jouer. Lui, c'est certain qu'il va jouer dans la LNH.»

Si l'analyste n'a pas particulièrement aimé ce qu'il a vu de Kirby Dach, il a grandement louangé Owen Beck. Comme dans le cas de Guhle, il prédit un bon futur au choix de deuxième ronde en 2022.

«Lui aussi, c'est un joueur de hockey. Pour un jeune de 18 ans, je l'ai trouvé solide. C'est rare qu'un jeune de 18 ans est aussi bon dans le cercle des mises en jeu. Il jouait avec deux joueurs de la LNH et il ne semblait pas intimidé. Il jouait avec beaucoup de confiance. C'est un gars quand même rapide. Quand on parle d'intelligence, on voit qu'il comprend la ''game''. C'est un autre joueur qui va avoir une belle carrière.»

Voyez le segment en question dans la vidéo ci-dessus.