Crédit : AFP

Gages-tu?

Cinq attaquants sous le radar qui vous feront gagner votre pool

Publié | Mis à jour

Qui dit début imminent de la campagne de la Ligue nationale (LNH), dit saison des repêchages de pools de hockey!

Puisqu’aucun «pooler» n’a besoin de se faire conseiller de sélectionner Connor McDavid, Auston Matthews ou bien Leon Draisaitl, voici cinq attaquants sous-estimés qui pourraient dégringoler dans les dernières rondes de votre encan... et vous faire gagner votre pool!

Matthew Boldy (Wild du Minnesota)

Choisi deux échelons avant un certain Cole Caufield au repêchage de 2019, l’ailier américain a reçu l’appel du Wild en janvier dernier... et n’a plus jamais porté les couleurs du club-école du Minnesota. Avec 39 points en seulement 47 parties pour amorcer sa carrière, Boldy a démontré l’étendue de son potentiel. Le départ de Kevin Fiala pour les Kings de Los Angeles ne fera que solidifier sa place dans le top 6 du Wild et sur le jeu de puissance.

BUT BOLDY 2-0 -

Seth Jarvis (Hurricanes de la Caroline)

Pouvant évoluer autant au centre qu’à l’aile, Jarvis est un autre attaquant prometteur qui fera couler de l’encre en 2022-2023. Les «Canes» comptent une profondeur presque inégalable à l’attaque, mais la perte de Nino Niederreiter pourrait ouvrir la porte à Jarvis. Le joyau de 20 ans n’a joué en moyenne que 13 min 52 s la saison dernière, mais il a tout de même inscrit 40 points en 68 matchs – la quatrième meilleure récolte de points par 60 minutes de son équipe (2,544).

But Jarvis -

Jake DeBrusk (Bruins de Boston)

La saison dernière a été pour le moins tumultueuse pour l’Albertain, qui a demandé d’être échangé avant de faire volte-face. Il semble tout de même avoir retrouvé ses talents de franc-tireur, lui qui a connu sa deuxième saison de 25 buts en carrière. Brad Marchand étant sur le carreau au moins jusqu’à la fin novembre, DeBrusk aura la chance de se faire valoir. Il pourra ainsi profiter des savantes remises de David Krejci - de retour de Tchéquie – ou bien de Patrice Bergeron, et occuper un des points de mise au jeu sur l’attaque massive.

BUT DEBRUSK 1-1 -

Matty Beniers (Kraken de Seattle)

Seule recrue nommée dans ce palmarès, Beniers a épaté à ses débuts avec la plus jeune organisation du circuit Bettman. L’échantillon est peut-être petit, mais ses neuf points en 10 rencontres avec la quatrième attaque la plus anémique de la LNH ont de quoi impressionner. Qui plus est, le Kraken a fait l’acquisition de deux ailiers de qualité en Oliver Bjorkstrand et Andre Burakovsky au cours de la saison morte; des additions qui n’ont certainement pas déplu à l’excellent fabricant de jeu qu’est Beniers.

BUT DONATO 1-0 1ER POINT BENIERS -

Anton Lundell (Panthers de la Floride)

Les Panthers présenteront un visage différent cette année en raison de la mégatransaction impliquant Jonathan Huberdeau et Matthew Tkachuk. Certes, il existe une certaine congestion au centre de l’équipe floridienne, mais un retour de Sam Bennett à l’aile permettrait à Lundell de percer le top 6. Le nouvel entraîneur-chef Paul Maurice n’a aucune raison de ne pas laisser Lundell déployer ses ailes davantage. Le pivot finlandais – coulé dans le même moule que son mentor Aleksander Barkov – a récolté 44 points en 65 rencontres à son année recrue.

Crédit photo : AFP