Canadiens de Montréal

Qui sera le Michael Pezzetta de 2022-2023?

Qui sera le Michael Pezzetta de 2022-2023?

Michel Godbout

Publié 26 septembre
Mis à jour 26 septembre

C’est en écoutant les collègues Éric Fichaud et Mathieu Chouinard se raconter des histoires de camp d’entraînement que l’idée de ce blogue m’est venue dimanche.

Mes deux acolytes se souvenaient qu’à chaque camp d’entraînement, tous les joueurs aspirants sont convaincus qu’ils peuvent faire le grand club. Forcer la main de l’organisation, supplanter un vétéran, montrer qu’on est une meilleure option qu’un joueur établi, ce n’est pas chose facile, mais c’est du domaine du possible.

De la conversation de mes deux estimés collègues est sorti le nom de Michael Pezzetta. Soyez honnêtes, qui d’entre-vous croyiez en ses chances de jouer avec le grand club avant le camp d’entraînement de l’été dernier?

Voilà, moi non plus.

Mais demandez à Pezzetta et il vous dira sans hésitation aucune : «YEAH, I believed!». C’est ça la beauté dans certains camps d’entraînement, une surprise survient, un négligé surgit et il fait sa place au soleil.

Car c’est bien ce qu’a fait le jeune ailier. Il a connu un camp du tonnerre l’été dernier, méritant des auditions en matchs préparatoires.  Il a quand même débuté la saison à Laval, mais dès qu’une ouverture s’est présentée à Montréal, il a obtenu sa chance. Son jeu n’est pas transcendant, mais il est honnête et inspirant. Il faisait le boulot que personne n’osait faire, si bien que le voilà avec un contrat en poche! Qu’à cela ne tienne, il sait qu’il doit repartir à zéro et encore mériter sa place cette saison.

Alors qui sera le Pezzetta de 2022-2023?

Si l’on se fie au tracé laissé par l’homme à la crinière frisée, le joueur doit avoir un minimum d’expérience professionnelle et doit être en mesure de combler un vide au sein du grand club.

On s’entend qu’il y a plusieurs vides à combler chez le Canadien et puisqu’il n’y a pas de marqueur de 50 buts qui va surgir du camp, je crois que Raphaël Harvey-Pinard pourrait devenir le prochain Pezzetta.

Ce que ce dernier possède en intensité physique, RHP le possède en flair offensif. Statistiques à l’appui, son jeu au sein du Rocket l’an dernier démontre qu’il est très prés de la cible et Harvey-Pinard sait qu’il doit continuer dans la même veine et même en ajouter.

«Je dois me rendre indispensable et marquer des buts de temps en temps si je veux faire ma place en haut.»

L’ironie fait en sorte que ces deux joueurs se retrouvent dans la même bataille sur le flanc gauche, mais chacun possède des atouts différents.

Il en reviendra donc à Martin St-Louis et à la direction de décider quel genre de joueur ils préfèrent. Car actuellement, il manque de place au soleil!