Canadiens de Montréal

«On peut surprendre bien des gens» - Savard

Publié | Mis à jour

David Savard n’est pas aussi pessimiste que la plupart des partisans des Canadiens de Montréal. Il est même optimiste. 

Selon lui, l’équipe peut «surprendre bien des gens» cette saison.

«Il y a tellement de bons jeunes et un bon mélange de vétérans. Martin St-Louis amène un bagage incroyable de connaissances. Si les gars écoutent Martin, qu’on embarque ensemble dans le bateau et qu’on va tous dans la même direction, on peut surprendre bien des gens», a affirmé Savard en entrevue à l’émission JiC, lundi, sur les ondes de TVA Sports (à voir dans la vidéo ci-dessus).  

Le défenseur québécois a vu une nette progression depuis l’arrivée en poste de Martin St-Louis en février. 

«Martin a amené un vent de fraîcheur, a soutenu Savard. J’étais blessé à ce moment-là. Ça m’a excité et ça m’a incité à revenir le plus rapidement possible.» 

«Accumuler des défaites, ça devient lourd. On a mieux joué avec Martin, sans avoir nécessairement autant de victoires qu’on méritait. On jouait de mieux en mieux à chaque match. Il y avait du positif à chaque match. J’ai eu ben du fun même si on a fini en dernière place. J’ai hâte de voir ce qu’on va pouvoir faire cette année.»

«Les partisans que j’ai rencontrés cet été ont eux aussi hâte de voir comment ça va aller pour nous cette année, après une saison extrêmement difficile. C’est ce qui va faire un tremplin vers le futur. Toutes les organisations passent par là. Faire un pas en arrière, ça peut t’aider à faire trois ou quatre pas en avant.» 

«Ça peut aller plus vite qu’on le pense»

Savard a aussi bon espoir que la reconstruction ne s’éternisera pas. 

«Ça peut aller plus vite qu’on le pense. Quand tu amènes de bons jeunes, ça peut aller plus vite qu’on le pense, répète-t-il. On voit à quel point les jeunes joueurs dans la ligue peuvent avoir rapidement un impact. J’ai vécu ça à Columbus. Ça va tisser des liens. Quand on passera les étapes, ce sera encore gratifiant.»

À entendre Savard parler, on sent qu’il voue un grand respect aux jeunes joueurs. 

«J’ai adoré apprendre à les connaître l’an passé. Ce sont de bons kids. Ils veulent apprendre. Personne n’est au-dessus de ses affaires. Ils veulent s’améliorer à tous les jours. Je n’avais pas autant de bagages à leur âge. Il y a aussi plein d’autres bons prospects dans l’organisation.»