LNH

Ryan O’Reilly n’est pas pressé

Publié | Mis à jour

Pierre angulaire des Blues depuis 2018, Ryan O’Reilly n’est pas inquiet de son avenir avec l’équipe de St. Louis, même si son contrat arrivera à échéance au terme de la campagne.

Le pivot américain n'est pas né de la dernière pluie. Il a déjà été échangé deux fois, a jadis accepté une offre hostile et en sera à un cinquième pacte dans le circuit Bettman.

Avec les Blues, il a toutefois atteint une stabilité qu’il n’est pas près de délaisser.

«Je veux définitivement être ici à l’avenir, a glissé le vétéran au site de la Ligue nationale de hockey (LNH). Je crois que les choses vont s’arranger par elles-mêmes. J’essaie de me concentrer sur la saison, sur mes coéquipiers et sur le fait d’être fin prêt.

«Je ne suis pas inquiet de la suite des choses. On verra comment tout se dessine.»

En plus de porter le «C» sur son chandail depuis le départ d’Alex Pietrangelo vers Vegas, en 2020, O’Reilly peut se targuer d’avoir mené les siens vers leur seule conquête de la coupe Stanley, en 2018. Il avait brillé en séries éliminatoires et avait reçu le trophée Conn-Smythe.

L’attaquant de 31 ans, qui a amassé 58 points en 78 matchs la saison dernière, juge ainsi qu’il a assez fait pour aspirer à prendre sa retraite au Missouri.

«Si j’étais plus jeune, ce serait peut-être une inquiétude, mais je sens que je me suis établi, a-t-il expliqué. Je sais où je me situe. Il n’y a aucune urgence. Je suis heureux d’attendre et de me dévouer à la saison.»

O’Reilly aurait pu s’inquiéter, ou bien s’impatienter en voyant ses jeunes coéquipiers Robert Thomas et Jordan Kyrou parapher des pactes identiques de huit ans et 65 millions $. Mais il n’est pas capitaine pour rien.

«C’est un gars qui place l’équipe en premier, a dit l’entraîneur-chef Craig Berube. C’est quelque chose que nous répétons toujours ici, comme vous le savez. Je ne crois pas que ça va l’affecter.»

Ancien choix de deuxième ronde en 2009, O’Reilly a aussi porté les couleurs de l’Avalanche du Colorado et des Sabres de Buffalo pendant sa carrière de 938 parties dans la LNH. Il a notamment été récipiendaire des trophées Selke et Lady-Byng.