Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Derick Brassard veut saisir sa chance

Publié | Mis à jour

Derick Brassard tente de réaliser un tour de force au camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa. Avec seulement une invitation en poche, l’attaquant québécois souhaite obtenir un des rares postes disponibles.

Celui qui a fêté son 35e anniversaire jeudi est réaliste. Il vise un poste sur le troisième ou le quatrième trio de la formation ottavienne.

«J’essaie seulement de gagner ma place et je pense que je peux aider cette équipe, a souligné Brassard. Pour gagner un poste, je devrai bien jouer.»

«Je vais profiter de mon expérience et de mon intelligence sur la glace. Je veux seulement avoir du plaisir.»

Il est à l’aise dans son rôle au camp d’entraînement.

«Toutes les années, tu as des choses à prouver, a-t-il ajouté. C’est la même chose présentement. Je n’ai pas de contrat et je dois faire ma place.»

«Cette équipe n’a pas fait les séries depuis plusieurs années et tous les joueurs ont des choses à prouver.»

Durant l’été, il a fait la demande à son agent de lui trouver une invitation au camp des Sénateurs. Rien d’autre ne l’intéressait.

«J’avais cinq options sur la table, mais celle des Sénateurs était la seule qui m’intéressait, surtout après les acquisitions de Claude Giroux, d’Alex DeBrincat et de Cam Talbot.

«C’est parfait. C’est proche de ma maison qui est située dans le coin de Hudson. Ma famille est ici aussi. Je ne serais pas venu ici si je n’avais pas une chance de faire l’équipe.»

En santé

Brassard n’a pas connu une saison à la hauteur de ses attentes l’an dernier. En raison d’une blessure à l’aine qui a tardé à guérir, il a raté deux mois d’activités avec les Flyers de Philadelphie.

Puis, il a été échangé à la date limite des transactions aux Oilers d’Edmonton. Par contre, son utilisation a été limitée, surtout en séries éliminatoires pendant lesquelles il n’a disputé qu’un seul match.

«Je n’ai pas fini ma saison comme je le voulais, a ajouté le hockeyeur originaire de Hull. C’est pour cette raison que je me suis entraîné fort cet été. Je voulais finir ma carrière sur une bonne note et c’est pour cela que je suis ici.»

S’il peut convaincre les dirigeants des Sénateurs, il se voit bien remplir le même rôle qu’il avait avec les Flyers l’an dernier.

«J’étais parmi le groupe des six derniers attaquants. Puis, avec la blessure de Sean Couturier, ça m’a donné la chance de jouer plus. J’ai joué une trentaine de matchs et ça s’est très bien passé.»

La porte est ouverte

L’entraîneur-chef D.J. Smith aime bien le jeu de Brassard.

«Il est efficace avec la rondelle dans le fond du territoire, a-t-il indiqué. C’est un vrai pro. Il est intelligent et il sait comment jouer. On va lui laisser le temps de connaître notre système afin de bien l’évaluer.

«Il est capable de remplir un rôle pour nous. Il est conscient de la situation dans laquelle il se trouve. Ça fait quelques années qu’il est dans cette position.»

«Il fait bien les petites choses et il est encore affamé. Il peut jouer partout.»