Crédit : AFP

Golf

Coupe des Présidents: la vague américaine engloutit Quail Hollow

Publié | Mis à jour

L’équipe américaine a poursuivi sa domination complète de la Coupe des Présidents lors de la deuxième journée d’activités, vendredi, en Caroline du Nord. En vertu d’une récolte de trois victoires et deux matchs nuls, elle s’est emparée d’une avance de 8 à 2 contre la formation internationale.

Durant cette journée sur le parcours du club de golf Quail Hollow, où le format «quatre balles, meilleure balle» était favorisé, Jordan Spieth et Justin Thomas ont amorcé la récolte américaine en venant à bout d’Adam Scott et Cam David avec une avance de deux fanions après 17 trous.

Thomas a été particulièrement efficace en calant des oiselets gagnants aux quatrième et cinquième fanions, en plus de donner une avance de trois trous aux siens au 15e fanion, ne donnant ainsi aucune marge de manœuvre à ses rivaux. David et Scott se sont sortis du trouble une première fois, au 16e, mais n’ont pas été en mesure de répliquer leurs exploits par la suite.

Pour leur part, les Canadiens Corey Conners et Taylor Pendrith ont été jumelés pour l’équipe internationale, mais se sont inclinés par un fanion contre Max Homa et Billy Horschel. En retard par deux à la mi-parcours, les représentants de l’unifolié ont créé l’égalité avec des oiselets aux 11e et 13e fanions, mais un oiselet de Homa au 17e a fait la différence en faveur des Américains.

Patrick Cantlay et Xander Schauffele ont obtenu l’autre gain des Américains, eux qui détenaient une avance de trois trous après avoir franchi le 16e vert, contre Hideki Matsuyama et Tom Kim.

Sam Burns et Scottie Scheffler, pour leur part, ont fait un match nul contre Sungjae Im et Sebastian Munoz, à l’image de Kevin Kisner et Cameron Young contre Mito Pereira et Christiaan Bezuidenhout.

La troisième journée, samedi, verra deux séances en équipe. La première, en matinée, se jouera en mode «coups alternatifs», tandis que la séance d’après-midi sera disputée sous le format «quatre balles, meilleure balle».