Crédit : AFP

LNH

Une situation qui a dérangé Marc-André Fleury

Publié | Mis à jour

Avec le départ chez les Sénateurs d’Ottawa de Cam Talbot, Marc-André Fleury est sans l’ombre d’un doute le gardien numéro 1 du Wild du Minnesota. Malgré tout, le Québécois ne souhaitait pas voir partir son coéquipier, avec qui il entretenait une bonne relation.

Les deux vétérans ont partagé le filet en fin de campagne, après que Fleury eut été acquis des Blackhawks de Chicago. En séries éliminatoires, le nouvel arrivé a toutefois pris l’ascendant, disputant cinq des six matchs du premier tour.

«J’aurais été d’accord pour revenir avec Cam. Il est un très bon gars. Il m’a beaucoup soutenu. Nous avons passé du temps ensemble à l’extérieur de la patinoire. J’aurais été prêt à partager les tâches avec lui, mais bon, les choses n’ont pas fonctionné», a-t-il mentionné jeudi en conférence de presse.

Le Wild aurait voulu conserver les services de Talbot, qui avait encore une année à son contrat, mais l’Ontarien aurait mal réagi au retour de Fleury jusqu’en 2024. L’agent du joueur avait aussi mis de l’huile sur le feu en s’en prenant au directeur général Bill Guerin.

«Ça s’est passé très vite. Je ne voulais pas être la cause de son départ, mais ça s’est passé comme ça», a raconté le Sorelois.

Plus de temps de jeu

Fleury comme Talbot verront plus de glace en 2022-2023, ce qui est, malgré tout, un dénouement positif pour les deux hommes. Le portier du Wild n’amorcera pas pour autant tous les matchs de l’équipe.

«Il n’y a plus tellement de gardien qui dispute 70 parties. C’est commun de voir les deux gars jouer. On ne sait jamais ce qui peut se produire. Je vais y aller un match à la fois, je serai prêt quand l’entraîneur me voudra sur la glace», a soutenu Fleury.

Ce dernier servira de mentor au Suédois Filip Gustavsson, que le Wild a acquis des Sénateurs en retour de Talbot. Le portier de 24 ans a 27 matchs derrière la cravate dans la Ligue nationale. Il s’agira ainsi d’une certaine promotion pour lui.

«Il est un gars plus jeune, discret, très agréable. Nous n’avons pas encore passé beaucoup de temps ensemble, mais nous allons apprendre à mieux nous connaître avec le temps», a assuré le triple vainqueur de la coupe Stanley.

La saison dernière avec le Wild, Fleury a montré une fiche de 9-2-0, un taux d’efficacité de ,910 et une moyenne de buts alloués de 2,74.