Crédit : Photo d'archives Martin Chevalier

LNH

Un scénario impossible pour Kristopher Letang

Publié | Mis à jour

Le défenseur des Penguins de Pittsburgh Kristopher Letang se prépare à vivre une autre saison remplie d’action et d’émotions en compagnie de ses coéquipiers de longue date Sidney Crosby et Evgeni Malkin, et il ne s’en plaint pas.

Le Québécois a mis fin à l’incertitude entourant son avenir professionnel en acceptant un contrat de six ans, d’une valeur annuelle moyenne de 6,1 millions $, pendant l’été. 

Certains observateurs ont évoqué avant la conclusion de l’entente un possible départ de Malkin et de Letang, qui étaient admissibles à l’autonomie complète. Toutefois, aux yeux du numéro 58, une séparation constituait un scénario impossible.

«On se connaît tellement bien. Nous sommes différents à notre façon, tout en nous nous complétant, a souligné l’arrière en entrevue au site officiel des Penguins. "Geno" est un gars amusant, tandis que je suis le type plus intense désirant tout faire. Et "Sid" est celui qui demeure détendu, voulant s’impliquer dans chaque groupe pour réunir tout le monde. "Geno" est bruyant, je suis tranquille et "Sid" dirige le bateau.»

Letang doit avoir poussé un soupir de soulagement en apprenant que Malkin allait revenir avec l’équipe - il s’est engagé pour quatre ans au même salaire annuel que lui - et désormais, la vie reprend son cours normal à Pittsburgh. Les trois hommes seront ensemble pour une 17e campagne de suite.

«Ça aurait été plaisant s’il avait signé pour six ans. On aurait pu dire en même temps: on en a fini et quitter le hockey les trois ensemble. Cependant, ce n’est pas ainsi que ça se déroule habituellement. On ne peut contrôler cela, a-t-il dit. Là, on a l’occasion de gagner et d’essayer d’accomplir quelque chose d’immense. C’est ce qui nous anime, je pense.»

Soif de victoire

À ce propos, Crosby a émis récemment des propos similaires, montrant que sa soif de victoire est encore réelle. 

Le trio de hockeyeurs espère décrocher son quatrième championnat, après ceux des printemps 2009, 2016 et 2017.

«Le seul enjeu qui compte actuellement est la saison qui s’en vient. C’est notre sujet d’attention. Ce qui a précédé, incluant les dernières séries, ne signifie plus rien. Le point important, c’est cette année. Il faut bien jouer pour avoir la chance de gagner la coupe Stanley», a estimé le capitaine du club.