Canadiens de Montréal

La grande promesse de Martin St-Louis pour 2022-2023

Publié | Mis à jour

Martin St-Louis ne se fait pas d'illusions. Il sait que la saison 2022-2023 des Canadiens de Montréal en sera une d'apprentissage.

Lors de la quatrième partie de son entrevue avec Jean-Charles Lajoie, diffusée jeudi, l'entraîneur a tout de même tenu à garantir une chose aux partisans de l'équipe.

«Il faut être réaliste. Je ne suis pas certain des attentes encore. Il y a des choses que tu ne peux pas contrôler, comme les blessures, mais si je suis convaincu d'une chose, c'est que nous allons être prêts pour le premier match de la saison. Ça, je peux vous le garantir.»

Le Québécois a rappelé que le focus serait beaucoup plus mis sur le processus que sur les résultats pour la campagne à venir.

«Je ne sais pas combien de matchs on va gagner, cette année. Mais pour moi, ce n'est pas juste de gagner cette année. Je veux amener une culture et un environnement où on va être dans une place pour gagner pendant plusieurs années. Pour gagner la coupe, ça prend beaucoup de choses en place et ça prend un peu de chance.»

Toujours selon St-Louis, le développement des joueurs va passer par une approche autant collective qu'individuelle.

«On veut progresser comme équipe, mais en mettant beaucoup d'attention sur la progression individuelle. Les joueurs doivent travailler plusieurs choses, tout en respectant le plan collectif. Est-ce qu'on va pouvoir prendre des pas de géant cette année? Je ne le sais pas, mais je sais qu'on va prendre des pas.»

L'entraîneur des Canadiens croit également que rien n'est impossible si on a la bonne mentalité. C'est d'ailleurs le message qu'il a passé aux joueurs en prévision de la prochaine saison.

«La seule chose que je demande à mes joueurs, c'est d'avoir une attitude de coupe Stanley. Si tu veux gagner la coupe, ça prend une attitude de coupe Stanley. Ça implique l'effort, l'attitude et bien des choses. Si on amène ça, on se donne une chance de progresser. On espère pouvoir atteindre le but ultime.»

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.