Crédit : Martin Chevalier / Le Journal de

LNH

Subban et Chara: la fin d’une époque

Publié | Mis à jour

Les défenseurs P.K. Subban et Zdeno Chara constituent aux yeux de plusieurs partisans des symboles de la rivalité ayant animé le Canadien de Montréal et les Bruins de Boston il y a plusieurs années, et le destin a voulu que les deux hommes quittent la grande scène du hockey le même jour.

Le départ annoncé de ces récipiendaires du trophée James-Norris, remis annuellement à l’arrière par excellence de la Ligue nationale (LNH), clôt en quelque sorte le dernier chapitre de l’historique Canadien-Bruins, en attendant l’écriture du prochain épisode. Effectivement, les deux athlètes se trouvaient sur la patinoire quand les deux formations ont croisé le fer pour la dernière fois en séries, soit au printemps 2014.

Preuve de leur influence dans l’animosité ambiante, leur présence en sol ennemi ne passait jamais inaperçue, la foule du TD Garden huant copieusement Subban à chaque possession de rondelle et celle du Centre Bell conspuant Chara durant pratiquement toutes ses apparitions sur la patinoire.

Question de faire un clin d’œil à ces deux annonces de retraite simultanées et les liens à faire entre les deux joueurs, voici quelques contributions notoires de Subban et de Chara à l’époque où ils représentaient fièrement leur équipe respective.

- 8 mars 2011

Même plus de 11 ans après les événements traumatisants de cette soirée de fin d’hiver au Centre Bell, certains amateurs sont encore marqués par la mise en échec de Chara à l’endroit de Max Pacioretty à proximité du banc du Tricolore. En deuxième période d’un gain de 4 à 1 du Bleu-Blanc-Rouge, le numéro 33 des visiteurs a littéralement écrasé la tête de l’attaquant sur une barrière située près du banc des joueurs; la victime a quitté la glace sur une civière, ayant subi une commotion cérébrale et des fractures à des vertèbres du cou.

Au final, Chara a été le grand gagnant dans l’équation. Pacioretty n’est pas revenu au jeu, ni en saison, ni en séries éliminatoires. Même si le cas a failli se retrouver en Cour, le défenseur s’en est tiré sans suspension de la LNH et n’a pas été accusé au criminel.

- Séries 2011

Comme le hasard fait les choses parfois étrangement, le Canadien et les Bruins se sont retrouvés en séries quelques semaines après l’incident. L’issue de la série demeure difficile à accepter pour les amateurs du club montréalais, qui avait pris une avance de 2 à 0 dans la série avant de s’incliner en prolongation du septième match, résultat du but décisif de Nathan Horton.

Si Chara s’est contenté d’une mention d’aide face au Tricolore, Subban a été plus efficace offensivement parlant avec deux buts et autant d’aides. Dans le dernier affrontement, il a notamment créé l’égalité 3 à 3 grâce à un lancer frappé avec moins de deux minutes à écouler en troisième période. Le numéro 76 assumait d’ailleurs de grandes responsabilités à l’époque, car Andrei Markov était blessé à long terme, tandis que l’autre menace offensive à la ligne bleue était James Wisniewski.

Autre source de frustration pour la Sainte-Flanelle et Subban : leurs tombeurs ont éventuellement soulevé la coupe Stanley, et ce, après avoir passé à un but près d’être éliminés au premier tour par le Canadien privé de Pacioretty.

- Séries 2014

L’heure de la vengeance a sonné trois ans plus tard pour les Glorieux, qui ont cette fois eu le dernier mot dans un autre match numéro 7 disputé au TD Garden. Plusieurs se rappellent de quelques cas particuliers survenus durant la série et même après celle-ci... la poignée de main peu chaleureuse entre Dale Weise et un Milan Lucic menaçant en étant l’exemple évident. Mais pour revenir à Subban, c’est au printemps 2014 que la haine de certains partisans des Bruins a atteint son paroxysme.

Le défenseur a ainsi été ciblé par des commentaires racistes sur les réseaux sociaux après avoir compté le but victorieux en deuxième prolongation de la première partie à Boston. Or, le gagnant du Norris de la campagne antérieure n’a pas semblé ennuyé par ses dénigreurs, car il a conclu la série avec quatre buts et trois aides. Au cours du troisième duel, joué au Centre Bell, sa réaction débordante de joie après avoir inscrit un but a été largement diffusée à la télévision.

Quant à Chara, qui avait récolté 17 filets et 40 points dans le calendrier régulier, il a été limité à deux aides par le Canadien.