Crédit : AFP

Coupe du monde 2022

Période de turbulences pour les Bleus

Publié | Mis à jour

Refus de la vedette du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé de participer à une session photo avec les Bleus, affaire Pogba et audit interne à la Fédération: le football français traverse une période de fortes turbulences, à moins de deux mois du Mondial au Qatar.

Discorde sur les droits à l'image

C'est l'un des dossiers brûlants qui agite le football français: depuis mars, Kylian Mbappé réclame la modification de la convention de droits à l'image liant la Fédération française de football (FFF) et les joueurs de l'équipe de France.

Mais rien n'a bougé côté FFF et Mbappé a annoncé lundi dans un communiqué transmis à l'AFP sa décision de ne pas participer mardi à la séance photo programmée avec les Bleus, symbole du bras de fer entre l'institution et l'un de ses joueurs vedettes sur les questions de marketing.

Pogba, l'affaire de famille

Cadre de l'équipe de France, le milieu de la Juventus Paul Pogba vit une période troublée, entre une longue blessure qui pourrait remettre en cause sa présence au Mondial (20 novembre-18 décembre) et une affaire d'extorsion présumée qui divise jusqu'au coeur de sa propre famille.

Son grand frère Mathias Pogba, 32 ans, a été inculpé samedi pour extorsion en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs criminelle, puis placé en détention provisoire.

Il a reconnu devant les enquêteurs avoir été à l'initiative de la vidéo ayant révélé cette affaire fin août, avant que Paul Pogba n'annonce avoir porté plainte mi-juillet auprès du parquet de Turin (Italie), dénonçant des extorsions entre mars et juillet 2022 se chiffrant à 13 millions d'euros.

Paul Pogba a raconté devant les enquêteurs avoir été piégé par des amis d'enfance et deux hommes encagoulés, armés de fusils d'assaut, lui reprochant de ne pas les avoir aidés financièrement.

Débordements en série dans les stades

Saison 2021-2022 perturbée par de nombreux débordements de partisans, fiasco organisationnel lors de la finale de Ligue des champions au Stade de France fin mai, le football français redoute de nouveaux incidents.

De graves heurts sont notamment intervenus début septembre à Nice (sud) lors d'un match de Ligue Europa Conférence contre Cologne, faisant 32 blessés: bagarres entre partisans à l'intérieur du stade, impliquant également d'anciens ultras parisiens...

Mercredi, au lendemain du match de Ligue des champions entre Marseille et Francfort, l'UEFA a annoncé l'ouverture d'une procédure disciplinaire contre les deux clubs, après de multiples incidents survenus lors de la défaite à domicile de l'OM. 

Ambiance tendue à la FFF

Dans un article paru le 8 septembre, le mensuel français So Foot a accablé le patron de la fédération, Noël Le Graët, en évoquant, sur la foi de témoignages anonymes, des envois de SMS à caractère sexuel à des employées, dont plusieurs se sentaient « harcelées sexuellement, mais aussi moralement ».

Qualifiée par le média de « bateau à la dérive », entre guerre de clans et tensions au sommet, l'institution a annoncé vouloir déposer plainte contre So Foot pour diffamation. 

L'un de ses hauts dirigeants a notamment déploré, auprès de l'AFP, un « grand décalage entre l'image de la FFF renvoyée par la presse et la réalité fédérale ». 

Et aussi: Benzema condamné, Mendy jugé...

Autre pilier de l'équipe de France et favori pour le Ballon d'or le 17 octobre, Karim Benzema a été condamné à un an de prison avec sursis dans l'affaire de la « sextape » qui l'opposait à son ancien coéquipier en Bleus, Mathieu Valbuena.

En juin, il a renoncé à faire appel. Benzema avait longtemps été mis à l'écart de la sélection nationale avant de revenir lors de l'Euro-2021.

Sacré champion du monde avec l'équipe de France en 2018, le défenseur Benjamin Mendy est, lui, jugé en Angleterre après de multiples accusations de viol. Le procès, ouvert début août, est en cours.