Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

NBA

Montréal est une ville de basketball selon Valérie Plante

Publié | Mis à jour

La Ville de Montréal a adopté une motion, lundi, afin de reconnaître l’importance du basketball dans la métropole.

Plusieurs facteurs ont joué dans cette décision, dont la présence de plus en plus grandissante de Québécois dans la NBA, la présence de quelques organismes à but non lucratif à Montréal, ainsi que l’arrivée de l’Alliance, dans la Ligue élite de basketball canadien.

«Partout à Montréal, les terrains de basketball sont pris d'assaut, et on s'en réjouit. C'est un sport qui gagne en popularité, a déclaré la mairesse Valérie Plante, lors de la séance du conseil municipal de Montréal. Son accessibilité en fait une activité des plus rassembleuse. Plus que jamais, Montréal est vue comme une ville de basket, et c'est une excellente nouvelle.»

Les Raptors de retour

D’ailleurs, les Raptors de Toronto seront de passage au Centre Bell, le 14 octobre, alors qu’ils affronteront les Celtics de Boston dans le cadre d’un match préparatoire. Le réseau TSN avait même rapporté, au mois d’août, que les billets avaient tous été vendus en moins de 10 minutes.

Les quelque 20 000 spectateurs auront ainsi l’occasion d’acclamer les Québécois Chris Boucher et Khem Birch, tous deux au sein de la seule formation canadienne de la NBA. 

Ces deux hommes font d’ailleurs d’un contingent québécois de plus en plus nombreux dans le circuit Silver, avec notamment Luguentz Dort, du Thunder d’Oklahoma City, et Bennedict Mathurin, sélectionné au dernier repêchage de la ligue par les Pacers de l’Indiana.

Dort a d’ailleurs lancé sa propre fondation durant la plus récente saison morte, la Fondation Maizon Dort, qui permettra d’aider les jeunes provenant de milieux défavorisés dans les régions de Montréal, Oklahoma et en Arizona. Dort a aussi tenu la deuxième édition du camp «Lu the Beast», cet été à Montréal.

Crédit photo : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Il y a quelque chose qui est fabuleux, a ajouté Plante. Dès qu’on s’approche d’un terrain de basketball, peu importe dans quel quartier, souvent on peut voir un mélange d’âges, on peut voir un mélange de niveaux. C’est très représentatif de Montréal.

«Le basketball, ça permet aux jeunes de tisser des liens avec leur communauté. Ça leur permet de se bâtir un réseau et ça contribue à leur réussite scolaire personnelle et professionnelle. On sait à quel point le lien entre le sport et la réussite de toute sorte est intimement lié. De là l’importance d’investir dans nos terrains.»

Montréal-Nord mis en valeur

Outre la mairesse de Montréal, celle de Montréal-Nord, Christine Black, a aussi pris la parole, soulignant entre autres que Mathurin, Boucher et Dort étaient originaires de cet arrondissement.

Dernièrement, près d’un demi-million de dollars a été investi dans la rénovation de deux terrains extérieurs de ce secteur, dans les parcs Le Carignan et Saint-Laurent, en plus d’un troisième terrain en construction, au parc Pilon. Black a aussi réitéré le «grand rêve» d’y faire construire un centre sportif.

«Au-delà de sa pratique au niveau professionnel, le basketball pousse nos jeunes à se dépasser, à se discipliner et à se concentrer sur une activité fondamentalement positive, a-t-elle mentionné. 

«À travers leurs matchs et leurs entraînements, il s’intègre à une communauté d’individus passionnés, d’où ils conserveront des amis et des mentors qui les accompagneront dans leur développement personnel en-dehors du sport.

«Plus tard dans leur vie, même s’ils ne deviennent pas tous des joueurs de la NBA, nos jeunes conserveront cette passion qui les anime et influencera leurs pratiques sportives tout au long de leur développement.»