Crédit : Photo d'archives, Stevens Leblanc

Baseball

Inquiétudes dissipées pour Michel Laplante

Publié | Mis à jour

Peu importe l’issue de la finale, le président des Capitales de Québec Michel Laplante tracera un bilan positif de cette saison 2022 pour son équipe dans la Ligue Frontière de baseball.

«Après 2020 et 2021, j’avoue qu’il y avait une inquiétude face au marché, face à la manière que ç’allait se dérouler à la suite de la pandémie de COVID-19, a d’abord indiqué Laplante. On n’a pas joué en 2020 et c’était Équipe Québec en 2021. D’obtenir une telle réponse des amateurs, c’est un gros soulagement, ça vient faire du bien.»

Encore samedi, il y avait salle comble avec 4428 partisans rassemblés au Stade Canac, un sommet cette saison, pour le troisième match de la finale entre les Capitales et les Boomers de Schaumburg. Une foule semblable est souhaitée dimanche soir.

À ses 53 premières parties à domicile cette année, la formation de Québec avait par ailleurs attiré un total de 137 190 spectateurs, soit une moyenne de 2589 par rencontre. Il s’agit plus ou moins du double de l’achalandage observé à Trois-Rivières (1322) et Ottawa (1250), selon les statistiques disponibles sur le site web de la Ligue Frontière.

Des investisseurs pour Montréal?

Laplante, qui est membre du comité exécutif de la Ligue Frontière de baseball, n’en a pas que pour les Capitales. Non seulement il espère le mieux pour les 15 autres formations actuelles, mais le Québécois de 52 ans souhaite voir croître le circuit.

«Il y a plein de beaux projets, a-t-il affirmé. Au niveau de la ligue, j’ai personnellement un mandat sur le comité exécutif de développer d’autres marchés. Je pense qu’avec la saison 2022 qu’on a eue, ça amène un potentiel d’attirer de futurs investisseurs, peut-être dans la région de Montréal ou encore dans celle de Toronto. De ce côté-là, c’est très positif.»

«L’année la moins cahoteuse»

Quant à l’avenir des Capitales, le président est tout aussi optimiste.

«C’est certain que de se retrouver en finale, c’est toujours bon au niveau de la visibilité de l’équipe et ça peut aider à aller chercher des joueurs dans le futur, a-t-il mentionné. On avait un beau calendrier cette année, de la manière que les matchs étaient répartis, avec plusieurs à domicile pour la fin de la saison. En plus, sur le terrain, on a été longtemps au premier rang au classement.»

«C’est probablement l’année la moins cahoteuse qu’on a eue dans l’histoire des Capitales et je parle à tous les niveaux, a ajouté Laplante, qui tient à remercier tous les employés, jeunes et moins jeunes. On a toujours été un peu dans l’incertitude, notamment avec la venue, dans le passé, des équipes cubaine, dominicaine ou japonaise... Avec la Ligue frontière, on s’en va vers la stabilité.»