Canadiens de Montréal

Ça va jouer du coude en défensive chez le CH

Publié | Mis à jour

Si la relève à la ligne bleue du Canadien a longtemps été mince, c’est loin d’être le cas désormais. Quatre des neuf défenseurs qui prennent part au camp des recrues pourraient très bien amorcer la saison à Montréal.

Justin Barron, Jordan Harris et Mattias Norlinder possèdent déjà l’expérience de la LNH. À ce trio, il faut ajouter Kaiden Guhle, qui semble avoir toutes les qualités requises pour faire le grand saut dès cet automne, et Arber Xhekaj, qui ne cesse de brouiller les cartes depuis qu’il s’est joint à l’organisation sur la simple base d’une invitation, l’an dernier.

«Il y aura assurément des luttes et c’est déjà commencé, a déclaré Jean-François Houle, qui dirige les entraînements et les matchs depuis le début du camp des recrues. C’est déjà une occasion de se faire valoir devant l’état-major de l’équipe, contre des jeunes de leur âge.»

N’eût été une blessure à une cheville qui lui a fait rater les trois dernières semaines de la saison, Barron serait actuellement le membre du groupe détenant le plus d’expérience avec le Tricolore.

«Je me sentais bien au moment de ma blessure. J’étais heureux d’avoir des responsabilités et de jouer sur l’attaque massive, a lancé l’arrière acquis en retour d’Artturi Lehkonen. Ça m’a donné confiance. Ça m’a prouvé que je peux jouer dans cette ligue.»

Harris a trimé dur

Mais rien n’est garanti pour le défenseur de 20 ans, lui-même conscient que la compétition sera féroce.

«Oui, il y a des postes ouverts, mais il y a un paquet de bons jeunes défenseurs au sein de cette organisation», a-t-il reconnu.

On peut se demander si le compétiteur direct de Barron ne sera pas Harris. Bien que gaucher, Harris a été utilisé à droite lors du premier match de ce tournoi des recrues.

«Je n’ai pas pris de temps mort cet été. Nous avions un bon groupe qui s’entraînait ensemble au Massachusetts. Je veux percer la formation dès le départ. C’était l’objectif derrière tout ce travail», a soutenu celui qui a disputé 10 matchs avec le Tricolore à la fin de la dernière campagne.

«J’ai appris beaucoup en fin de saison, a poursuivi Harris. La LNH, c’est différent du collège. C’est du jeu pour hommes matures. Il faut savoir utiliser ses atouts. Les gros jouent gros, les patineurs patinent, les joueurs habiles utilisent leurs habiletés.»

Navette à prévoir

Quoi qu’en pense Joel Edmundson, la phase de reconstruction du Canadien n’est pas encore terminée. Et comme ça se fait lorsque le développement prime les succès immédiats, les jeunes candidats aux postes de défenseurs pourraient très bien faire la navette entre Montréal et Laval, histoire de peaufiner quelques aspects de leur jeu en cours de saison.

«Je comprends l’intention derrière cette décision. Tu peux jouer plus de minutes dans la Ligue américaine», a mentionné Barron.

Néanmoins, le défenseur de 20 ans ne semble pas chaud à cette idée.

«Mon objectif est de demeurer toute la saison à Montréal. Évidemment, ce n’est pas moi qui prends la décision. Cependant, je ferai tout en mon possible lors du camp principal pour prouver que je peux jouer au sein de cette équipe», a-t-il assuré.

De son côté, Harris paraissait un peu plus modéré.

«Je vais essayer de contrôler ce que je peux contrôler. J’ai confiance en ce que je peux faire. Je veux faire l’équipe, mais être renvoyé à Laval ne serait pas nécessairement un pas de recul.»

Il faut rappeler que, contrairement à Barron, qui a disputé la moitié d’une saison dans la Ligue américaine, Harris est sorti des rangs universitaires à la fin du mois de mars dernier.

Par ailleurs, Norlinder a assuré que, contrairement à l’an dernier, il demeurerait toute la saison en Amérique du Nord. Que ce soit à Montréal ou à Laval.