Crédit : Photo Agence QMI, Pascal Huot

Baseball

Les Capitales misent sur les encouragements de leurs partisans

Publié | Mis à jour

Que ce soit David Glaude, Jonathan Lacroix ou Jeffry Parra, les joueurs des Capitales seront logiquement les grands responsables du sort de l’équipe à l’issue de la présente finale de la Ligue Frontière de baseball face aux Boomers de Schaumburg, mais les partisans de Québec auront aussi un important rôle à remplir.

«Je suis convaincu que ce sera plein et bruyant, a anticipé le gérant Patrick Scalabrini, en vue des troisième et quatrième matchs de la série, prévus samedi et dimanche au Stade Canac. On s’attend à ce qu’il y ait des partisans. On a hâte de vivre ça et il faut que ça arrive, il faut que la foule soit bruyante.»

La finale, qui est égale 1 à 1, se conclura inévitablement à Québec. Si un cinquième et ultime match devait être nécessaire, il aurait aussi lieu devant les fidèles partisans des Capitales, lundi.

«Au match numéro 2 de la demi-finale contre Ottawa, c’était fou, a indiqué Scalabrini, rappelant la présence de plus de 4000 spectateurs, samedi dernier, durant un gain de 4 à 3 en 11 manches. C’était un match serré. Je ne suis pas certain qu’aurait gagné sans nos partisans.»

Voyager en avion

Afin de maximiser les chances de l’emporter pour les Capitales, la haute direction a aussi contribué à sa manière en payant l’avion pour voyager jusqu’en Illinois, où avaient lieu les deux premières rencontres de la finale.

«C’était la décision à prendre, les gars se sont battus toute l’année pour arriver à cette étape dans les éliminatoires», a résumé le président Michel Laplante.

«Pour l’aller, on avait un vol direct de 2 h 30 min. Les gars blaguaient en calculant que c’était environ 18 heures de moins que le trajet en autobus, a pour sa part commenté le gérant. C’est immense pour nous à cette période de l’année et c’est évidemment très apprécié par les joueurs.»

Pour le retour, Scalabrini avait une correspondance à Philadelphie, tout comme Parra et Frank Moscatiello, au moment de l’entrevue, vendredi. Les membres des Capitales ont dû être répartis sur différents vols commerciaux afin de regagner Québec. C’est quand même mieux qu’un interminable voyage en autobus.

«À notre portée»

À l’aube du troisième match de la finale, il y a lieu de vulgariser le tout en indiquant qu’il s’agit désormais d’une série 2 de 3 au cours de laquelle les trois parties seront à domicile pour les Capitales.

«C’est à notre avantage et cette finale est à notre portée, mais il faudra faire le travail sur le terrain», a mentionné Scalabrini.

«On veut que les joueurs aient une belle expérience quand ils portent les couleurs des Capitales, a pour sa part souhaité Laplante, invitant à son tour les partisans de Québec à venir encourager l’équipe. Concernant les matchs et les émotions vécues, mon excitation passe davantage par les joueurs. C’est sûr que mon bonheur serait de voir les joueurs célébrer la victoire.»

- Demeuré à Québec pendant le début de la finale à Schaumburg, le Dominicain Carlos Sano devrait être le lanceur partant pour les Capitales lors du troisième duel. Michael Austin est toutefois une autre option considérée, que ce soit pour entamer le match ou en longue relève.

- Le voltigeur des Capitales Tristan Pompey, qui semblait à l’écart pour le reste des éliminatoires, pourrait revenir au jeu au cours du week-end.