Canadiens de Montréal

Laval ou Montréal pour Slafkovsky ?

Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Le camp des recrues est à peine commencé que, déjà, le débat fait rage à savoir si Juraj Slafkovsky doit amorcer la saison à Montréal ou à Laval, dans la Ligue américaine.

Un attaquant qui ne s’amène pas pour la saison dans la LNH après avoir été sélectionné au premier rang, c’est une denrée plutôt rare.

• À lire aussi: À VOIR: Slafkovsky et Mesar font déjà des flammèches!

• À lire aussi: Tournoi des recrues: une défaite d’entrée pour le CH

Il faut remonter à Mathusalem pour voir un premier choix évoluant à l’avant ne pas se joindre immédiatement à l’équipe l’ayant repêché. Mats Sundin, choisi en 1989, avait disputé une saison à Djugardens, dans la Ligue élite suédoise, avant de porter les couleurs des Nordiques.

«Il a une dégaine rapide»

Bref, la norme voudrait que Slafkovsky amorce sa carrière professionnelle avec le grand club. Et selon le ton employé par Jean-François Houle, entraîneur-chef du Rocket de Laval et entraîneur désigné à Buffalo pour diriger le camp des recrues du Canadien, le Slovaque risque de suivre cette tendance.

«C’est certain que de miser sur un premier choix, dans la Ligue américaine, c’est intéressant. On est ouvert à tout», a-t-il d’abord indiqué.

«Je crois que c’est un joueur qui va impressionner et on espère qu’il va demeurer avec le Canadien», a-t-il poursuivi.

Avant de se prononcer sur l’avenir à court terme du colosse, il vaudrait mieux attendre de voir comment il se comportera lors du véritable camp d’entraînement, qui s’amorcera la semaine prochaine.

«C’est un joueur à gros gabarit, qui est capable de patiner. Il a une dégaine rapide. C’est le genre de joueur qui doit être impliqué et qui doit être bon sur l’échec avant», a expliqué Houle, soulignant du même coup les attentes que place l’organisation à l’endroit de la recrue.

Semblable à Puljujarvi

Néanmoins, à l’instar des joueurs rencontrés avant lui, Houle n’est pas demeuré insensible à la physionomie du jeune athlète.

«C’est rare qu’on voie un gars de 18 ans avec un tel gabarit. Quand j’étais dans l’organisation des Oilers, on avait [Jesse] Puljujarvi qui avait un physique semblable au même âge.»

Premier choix d’Edmonton (quatrième au total) en 2016, le Suédois avait fait le saut avec les Oilers dès le début de la campagne suivante. Ayant connu des difficultés d’adaptation, il est retourné dans la Ligue élite finlandaise, après quelques allers-retours entre Edmonton et Bakersfield, dans la Ligue américaine.

Il s’aligne de nouveau avec les Oilers depuis la saison 2020-2021.