Boxe

Arslanbek Makhmudov trépigne d'impatience

Publié | Mis à jour

Tout roule comme sur des roulettes pour Arslanbek Makhmudov en vue de son combat pour la ceinture WBC Silver de vendredi contre Carlos Takam. Impatient de monter dans le ring, il a fait osciller la balance à 263,3 lb, jeudi, à Montréal.

Voyez les images de la pesée en vidéo principale.

Makhmudov (14-0-0, 14 K.-O.) pesait 1,9 lb de plus que Takam (39-6-1, 28 K.-O.). Le «Lion», qui n’en peut plus d’attendre, n’a d’ailleurs que faire des commentaires de son adversaire français, qui estime pouvoir le déposséder de sa fiche immaculée.

«Tout est parfait, mais je n’en peux plus d’attendre vendredi pour offrir ma meilleure performance, a dit Makhmudov, mardi. J’ai eu un bon camp, j’ai maintenant besoin de monter dans le ring pour terminer le travail.»

«Bien entendu, tous mes adversaires ont dit qu’il pouvait me battre. On va voir dans le ring qui peut me battre. Je peux détruire tout le monde.»

Selon Eye of the Tiger Management (EOTTM), Takam est un adversaire parfait pour ce gala du Casino. Il n’a en effet subi que quatre K.-O. en 46 combats chez les professionnels. Les amateurs de boxe devraient donc avoir plus d’un round à se mettre sous la dent.

«C’est un gars qui a offert des bonnes performances dans tous les combats où il a été impliqué, a expliqué l’entraîneur Marc Ramsay. C’est un gars avec beaucoup d’atouts; c’est vraiment un niveau supérieur. Ainsi, je pense que ça garantit aux promoteurs un bon spectacle, mais nous, ça nous garantit aussi une bonne évolution.»

Dangereux

En prévision de la demi-finale, Steven Butler (30-3-1, 25 K.-O.) et Mark DeLuca (28-3-0, 16 K.-O.), rêvant tous deux de championnats du monde, ont respecté la limite de 160 lb en vue de cette bataille pour le titre NABF des poids moyens.

Pesée Butler -

Aux yeux du directeur général Antonin Décarie, Butler devra toutefois se méfier de l’Américain, qui est lui aussi capable de frapper très fort.

«Il faut faire attention: c’est un gars beaucoup plus dangereux offensivement que [son dernier adversaire Brandon] Brewer. D’un côté comme de l’autre, ça peut se passer à n’importe quel moment», a averti Décarie.

La main va bien

Tout juste avant les deux combats de Makhmudov et de Butler qui monopolisent l’attention, Thomas Chabot (6-0-0, 6 K.-O.) tentera de rester parfait avec un septième K.-O. en autant de sorties. Le Mexicain Armando Ramirez (3-1-0, 0 K.-O.) sera son adversaire.

Chabot a été ennuyé par une blessure à la main qui a considérablement ralenti en début de camp d’entraînement. Un retour progressif lui a toutefois permis d’être suffisamment remis de sa blessure pour aborder le combat avec confiance et regarder vers l’avant.

«Pour moi, il n’y a pas de combat plus important que d’autres, quel que soit l’enjeu, a lancé Chabot. C’est une étape de plus; chaque combat est une étape de plus dans l’ascension. On se concentre sur un combat à la fois, le reste va venir très rapidement.»

Des opportunités de briller

Sur cette carte de six combats, trois des boxeurs n’ont aucun contrat de promotion. Ils ont malgré tout leur sort entre leurs mains, puisque le calendrier chargé d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) leur ouvrira quelques portes.

Pour amorcer la carte de vendredi soir au Casino de Montréal, Hamza Khabbaz (4-0-0, 1 K.-O.) affrontera le Mexicain Jose Gutierrez Bolanos (2-5-0, 0 K.-O.). Il devait initialement croiser le fer avec le Polonais Marcin Jadwiszczak (0-0-1). Martine Vallières-Bisson (5-1-0, 1 K.-O.) suivra contre la Française Emma Gongora (4-2-0, 0 K.-O.), puis Jean-Gardy François (4-0-0, 2 K.-O.) se mesurera à Andres Sanchez Ramirez (4-4-3, 2 K.-O.).

Il s’agira d’une excellente opportunité de se mettre en valeur pour les trois pugilistes, d’autant plus que le gala sera diffusé sur Punching Grace et sur ESPN+.

«On est toujours ouverts, a dit le directeur général d’EOTTM, Antonin Décarie, mardi. Martine, ça fait plusieurs combats qu’elle fait avec nous. On a de bonnes relations avec eux et on verra ce qui va se produire. La réalité, c’est qu’on a beaucoup de galas qui arrivent. Donc contrat ou pas, ils vont avoir la chance de boxer sur nos cartes.»

Bagage

Pour Vallières-Bisson, l’occasion sera belle de mettre derrière une défaite devant Laura Grzyb (7-0-0, 3 K.-O.) au mois de janvier. Malgré cette décision unanime défavorable, la Québécoise estime avoir beaucoup gagné à aller affronter la Polonaise chez elle.

«Je reviens de la Pologne avec un bagage vraiment magnifique, a-t-elle avancé. J’ai vraiment juste hâte de mettre tout en œuvre, tout l’aspect mental que j’ai travaillé en Pologne face à l’adversité.»

«J’ai vraiment eu un camp complet. [...] Comme je le dis tout le temps, je vais être dans chaque seconde de chaque round. J’ai six rounds à faire, c’est comme si j’aurai six combats à faire vendredi», a fait valoir celle qui veut mettre des étoiles des jeunes filles.