La Poche Bleue le midi

«Je n'ai jamais vu un alignement comme ça» - Joël Bouchard

Publié | Mis à jour

Le moins que l'on puisse dire c'est que Joël Bouchard est excité par la relève des Canadiens. 

Lors de son passage à «La Poche Bleue le midi», mercredi, l'ancien pilote du Rocket a déclaré que le groupe de joueurs qui va représenter les Canadiens au tournoi des recrues est le meilleur qu'il n'a jamais vu dans une compétition du genre.

«Je veux juste être très clair. L'alignement des Canadiens pour le camp des recrues, moi je n'ai jamais vu un alignement comme ça. Je ne parle même pas juste avec les Canadiens, je parle des autres équipes contre qui on jouait aussi. Belleville était très fort et il y avait Toronto. Mais ce que je vois comme alignement, ça n'a rien à voir. Tu n'as pas beaucoup de joueurs invités, presque tous les joueurs sont à la porte de la Ligue nationale ou confirmés dans la Ligue américaine.»

L'ancien entraîneur admet également avoir hâte de voir évoluer un joueur en particulier.

«Mon joueur à moi est Kaiden Guhle. Avant même le repêchage, je me levais à tous les matins et je prenais un café en regardant des vidéos des espoirs pendant qu'on était en pause avec la pandémie. Tous les joueurs de ce repêchage, je les connais parce que j'ai vu quatre ou cinq matchs de chacun. Le gars que je voulais, sans même en avoir parlé avec les Canadiens, c'était Guhle. Moi, je l'aime. C'est rare des joueurs comme lui.»

Bouchard a aussi commenté la récente nomination de Nick Suzuki à titre de capitaine de la formation montréalaise.

«Nick, je le connais depuis qu'il a 16 ans. C'est un bon jeune et je l'adore. Je suis vraiment impressionné de la façon dont il progresse au fil des années. Il est solide et c'est un naturel. Je pense que ça concorde bien aussi avec où les Canadiens sont en ce moment. Le plan est clair et c'est parfait comme ça. Je suis content pour Nick. Il va grandir avec tout ça.»

L'ancien défenseur ne s'en fait vraiment pas avec la façon dont Suzuki a hérité du poste. Selon lui, les équipes trouvent toujours le moyen d'avoir le capitaine qu'elles veulent avoir.

«À la fin, il faut que ça se termine comme l'organisation veut que ça se termine. Si tu y vas pour un vote, c'est parce que t'es pas mal certain du résultat du vote. Dans la vie, ça te prend un plan et un processus pour arriver à la place où tu veux arriver. Le mieux, c'est que le gars qui mérite d'être capitaine se retrouve avec le ''C'' sur le chandail à la fin. Il faut que ça arrive avec le gars que tu veux.»

Voyez le segment en question dans la vidéo ci-dessus.