Crédit : AFP

LNH

Fantasy LNH: les pires contrats

Publié | Mis à jour

Dans un pool à masse salariale, chaque dollar disponible doit être dépensé judicieusement. Ainsi, il vous faut du retour sur investissement.

Dans un premier temps, nous avons exploré les meilleures aubaines disponibles. Pour faire suite, voici les joueurs qu'il faut éviter, non pas parce qu'ils ne produisent pas, mais bien parce que leur ratio point/dollars est horrible.

Si un joueur touche un salaire de super-vedette, il est normal de s'attendre à un rendement de la même catégorie. Pourtant, ce n'est pas toujours le cas.

Attaquants

John Tavares (Maple Leafs de Toronto)

Le capitaine des Maple Leafs possède le quatrième plus imposant impact sur la masse salariale d'une équipe de la LNH derrière Connor McDavid (Oilers), Artemi Panarin (Rangers) et son coéquipier Auston Matthews.

Même si la production de Tavares est tout de même excellente, oscillant entre 0,85 et 1,05 point par match, elle tout de même très loin des trois autres. Concrètement, ça peut se transformer en différence de plusieurs dizaines de points. C'est énorme!

  • 2021-2022: 76 points en 79 parties
  • Impact sur la masse salariale: 11 millions $

BUT TAVARES 3-1 -

Jeff Skinner (Sabres de Buffalo)

Skinner a accepté un pacte de huit ans des Sabres à l'été 2019 après une saison 2018-2019 de 63 points en 82 matchs avec les Hurricanes de la Caroline. Le problème est que son salaire annuel moyen est de 9 millions $. Encore plus problématique est sa production de 100 points en 192 matchs, dont 63% dans la seule dernière campagne.

Skinner et Kyle Okposo sont les deux attaquants les mieux rémunérés des Sabres. À 15 millions $ pour deux joueurs, le rendement se doit d'être présent. Force est d'admettre que ce n'est pas du tout le cas à Buffalo.

  • 2021-2022: 63 points en 80 parties
  • Impact sur la masse salariale: 9 millions $

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Tyler Seguin et Jamie Benn (Stars de Dallas)

Tyler Seguin et Jamie Benn commandent à eux seuls près du quart de la masse salariale des Stars de Dallas. PRÈS. DE. 25%. C'est-à-dire 19,35 millions $.

En 2021-2022, ils ont obtenu, respectivement 49 et 46 points. Et ils n'ont pas été blessés. Seul Seguin a raté une partie.

En comparaison, les trois meilleurs pointeurs de Stars, Joe Pavelski (81 points), Jason Robertson (79 points) et Roope Hintz (72 points) ont coûté 10,945 millions $, dont la majorité (7 millions $) à Pavelski.

Faites vos calculs. C'est assez évident.

  • 2021-2022: 49 points en 81 parties (Seguin) et 46 points en 82 parties (Benn)
  • Impact sur la masse salariale: 9,85 millions $ (Seguin) et 9,5 millions $ (Benn)

Jonathan Toews (Blackhawks de Chicago)

Toews n'a jamais été une machine à points comme peut l'être son coéquipier Patrick Kane. Pourtant, les deux sont payés le même salaire annuel, soit une moyenne de 10,5 millions $ par saison.

La différence est que la saison dernière, Kane a amassé 92 points et Toews, 37.

Je sais, je sais. Toews apporte une dimension tout autre en termes de leadership, de jeu défensif et autres domaines difficilement quantifiables. MAIS, dans un pool, ça nous passe 1000 pieds par-dessus la tête.

  • 2021-2022: 37 points en 71 parties
  • Impact sur la masse salariale: 10,5 millions $

Kevin Hayes et James van Riemsdyk (Flyers de Philadelphie)

Vous allez me dire que l'attaque des Flyers en 2021-2022 a été anémique et je vous dirais que vous avez 100 % raison. En fait, seuls les Coyotes de l'Arizona ont fait pire... par quatre petits buts.

L'une des raisons de la piètre saison des Flyers est certainement la faible production de leurs deux attaquants les mieux payés, soit Kevin Hayes (7 142 857$) et James van Riemsdyk (7 millions $) avec, respectivement, 31 et 38 points. À sa défense, Hayes n'a disputé que 48 parties contre 82 pour «JVR».

Voilà une situation qui dure depuis trois saisons pour les deux joueurs d'avant.

  • 2021-2022: 31 points en 48 parties (Hayes) et 38 points en 82 parties (van Riemsdyk)
  • Impact sur la masse salariale: 7 142 857$ (Hayes) et 7 millions $ (van Riemsdyk)

BUT HAYES 1-0 -

Défenseurs

Erik Karlsson (Sharks de San Jose)

Le Suédois a passablement ralenti depuis son départ d'Ottawa, notamment en raison des blessures.

Mais avec une moyenne de 11,5 millions $, le défenseur se doit de contribuer plus que ses 35 points en 2021-2022. Ou de ses 22 en 2020-2021. Ou de ses 40 en 2019-2020.

Il est le joueur d'arrière le mieux rémunéré, mais est à des années-lumières de la production des Cale Makar, Adam Fox, Roman Josi et John Carlson.

  • 2021-2022: 35 points en 50 parties
  • Impact sur la masse salariale: 11,5 millions $

Crédit photo : AFP

Drew Doughty (Kings de Los Angeles)

Je comparerais Doughty à Jonathan Toews. Il est grassement payé, mais pas nécessairement pour les points qu'il met au tableau, contrairement à Karlsson. 

Doughty est un dur et un leader et une partie de son salaire reflète cela.

Mais il a amassé moins de 40 points lors des trois dernières campagnes. En 2021-2022, il n'a disputé que 39 parties. Voilà 11 millions $ assez mal investi dans un pool à masse salariale.

2021-2022: 31 points en 39 parties

Impact sur la masse salariale: 11 millions $

Darnell Nurse (Oilers d'Edmonton)

Nurse est un peu dans la même chaise que Doughty avec une production offensive similaire et le rôle qu'il joue à l'intérieur de son équipe.

Son salaire représente, à l'instar de Doughty, ses habiletés dans la plupart des situations. Mais à 9,5 millions $ dans un pool qui ne comptabilise que les points... non merci.

  • 2021-2022: 35 points en 71 parties
  • Impact sur la masse salariale: 9,5 millions $

Darnell Nurse imite Zidane et assomme Danault -

Mentions honorables

Zach Werenski (9 583 333 $), Alex Pietrangelo (8,8 millions $), Oliver Ekman-Larsson ( 8,25 millions $), Jacob Trouba (8 millions $), Marc-Édouard Vlasic (7 millions $)

Gardiens de but

Matt Murray (Maple Leafs de Toronto)

Difficile de passer à côté du nouveau gardien des Maple Leafs.

Ok, les Sénateurs ont dû donner deux choix au repêchage, retenir 25 % de son salaire et accepter de ne rien recevoir en retour (lire ici des consédirations futures) pour se débarrasser de Murray. Ça veut tout dire.

Il formera un tandem avec Ilya Samsonov, également nouvellement acquis par les Leafs.

Alors, levez la main celui ou celle qui jettera son dévolu sur un gardien qui a un impact original de 6,4 millions $ sur la masse salariale, qui ne produit pas et qui est loin d'être assuré de disputer une majorité de rencontres. Personne? Même pas, vous, en arrière? C'est ce que je croyais.

  • 2021-2022: 5 victoires et 1 jeu blanc
  • Impact sur la masse salariale, 6,25 millions $

Crédit photo : AFP

Carey Price (Canadiens de Montréal)

Vous connaissez toute la patente. Pas besoin d'en rajouter. Mais 10,5 millions $ pour un gardien qui ne jouera probablement pas... aussi bon puisse-t-il être.

C'est ça.

  • 2021-2022: 1 victoire et aucun jeu blanc
  • Impact sur la masse salariale: 10,5 millions $