Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Boxe

Butler c. DeLuca: regagner sa place au soleil

Publié | Mis à jour

Les points communs ne manquent pas entre Steven Butler et Mark DeLuca. Ils sont les deux seuls boxeurs à avoir battu Brandon Brewer et ils cherchent tous les deux à retrouver leur place au soleil. Vendredi au Casino de Montréal, l’un y parviendra aux dépens de l’autre.

Si Butler (30-3-1, 25 K.-O.) profite d’un certain momentum avec deux victoires cette année qui lui ont d’ailleurs permis de mettre la main sur la ceinture NABF des poids moyens, DeLuca (28-3-0, 16 K.-O.) se relève tout juste d’un échec.

Les deux hommes ont par ailleurs eu l’occasion de s’observer mutuellement puisqu’ils se sont côtoyés l’année dernière lors d’un camp d’entraînement à Boston. Ils n’ont pas échappé de coup, mais ils ont certainement été en mesure d’apprendre des choses.

«J’ai toujours regardé Steven pendant sa carrière parce que j’étudie et je porte attention aux bons boxeurs de ma catégorie, a d’ailleurs lancé DeLuca, mardi en conférence de presse. Je suis complètement prêt à affronter le meilleur Steven Butler vendredi soir. Je suis sûr que sa puissance est la même que par le passé. Mais j’espère avoir quelques cartes dans ma manche.»

Un partenaire de qualité

Signe que le clan Butler ne prend pas ce combat à la légère, il a fait appel à Austin Williams (11-0, 9 K.-O) comme partenaire d’entraînement. «Bang Bang» s’est même permis de laisser entendre que Williams était meilleur que DeLuca...

«J’ai appris beaucoup dans ce camp, a ainsi révélé Butler. Ç’a été un camp très difficile, à mettre les bouchées doubles, parce qu’on sait que Deluca est un adversaire dangereux qui vient ici pour gagner. Il ne va pas venir se coucher; il vient ici pour faire sa performance.»

Reconnu pour sa puissance, Butler n’a pas été en mesure de passer le K.-O. à Brewer, au mois de juin dernier. Tout en partageant tout son respect pour la mâchoire de Brewer, il estime que DeLuca sera plus facile à atteindre. Mais il se garde bien de promettre quoi que ce soit, non sans faire connaître ses intentions.

«Je suis rendu grand! J’ai mûri, a déclaré le pugiliste de 27 ans. On ne veut pas précipiter le K.-O. S’il a à venir, il va venir. Vous me connaissez; avec Brewer, on a tout essayé. On a crié sur les 10 toits qu’on allait le "knocker" et finalement, on ne l’a pas "knocké".»

«Deluca, on a évalué qu’il était plus facile de lui faire mal. On verra comme il va réagir à mes coups. Mais mon style n’a pas changé. On va là pour le K.-O. et pour donner un bon spectacle aux partisans.»

Une victoire, de part et d’autre, pourrait signifier un retour dans les classements des différentes fédérations de boxe.

Comme à l’école

Steven Butler devra garder son sang-froid pour l’emporter. C’est la clé du succès aux yeux de son entraîneur Rénald Boisvert.

Le Québécois a parfois laissé les émotions prendre le dessus, laissant tomber un plan de match préparé pour déchaîner sa rage sur son adversaire. Ce genre de situation pourrait s’avérer dangereuse contre DeLuca.

«C’est un excellent boxeur explosif, a averti Boisvert, mardi en conférence de presse. Je ne pense pas que Steven a déjà rencontré ce type de boxeur jusqu’ici. Il est vraiment différent. Donc Steven va aller à l’école et on va voir s’il a bien appris ses leçons du camp d’entraînement.

«Ce n’est pas une partie gagnée d’avance. Il va falloir que Steven résiste à la tentation de vouloir le "knocker". On va lui répéter constamment. Il n’a pas besoin de chercher le K.-O. pour parvenir au K.-O.. Si Steven met ça en pratique, je n’ai aucun problème pour l’issue du combat. Sauf que s’il perd les pédales et y va pour le K.-O., Deluca est un boxeur dangereux; il pourrait causer une surprise si Steven ne suit pas la stratégie établie.»

Par ailleurs, le camp d’entraînement a permis de s’assurer que Butler aura l’énergie nécessaire pour se rendre à la limite. Ainsi, inutile de précipiter les choses.

«Vous avez remarqué [au dernier combat] que Steven n’avait plus vraiment de problème d’énergie. Donc c’est une amélioration nette. Maintenant, ce qu’il reste à voir, c’est si Steven est capable de prendre de la maturité émotive et de garder son sang-froid jusqu’à la fin du combat.»