La Poche Bleue le midi

Max Pacioretty a écrasé P.K. Subban

Publié | Mis à jour

Nick Suzuki sera un bon capitaine pour les Canadiens de Montréal. 

C'est du moins ce que Michel Therrien a dit lors de son segment dans le cadre de l'émission «La Poche Bleue le midi», mardi. 

«J'ai vu évoluer un peu Nick Suzuki à ses débuts dans la LNH. Je crois que c'est une très bonne nomination et que c'était un bon moment pour l'annoncer. J'entends beaucoup de bonnes choses sur sa maturité et sur la façon dont il se comporte. Quand on a joué, les Flyers contre les Canadiens dans la bulle à Toronto, c'était leur meilleur joueur. Je pense que c'est une excellente décision des Canadiens.»  

L'ancien entraîneur a eu la chance de vivre plusieurs nominations du genre dans sa carrière. Celle de Max Pacioretty avait été particulièrement marquante pour lui.

«Dans le cas de Pacioretty, on voulait éviter les distractions. Tout le monde en parlait durant l'été car on n'avait pas eu de capitaine l'année d'avant. On se faisait reprocher par les partisans et les médias, à l'époque, de ne pas avoir de capitaine. On avait un souper, avant la première journée, où on réunissait tous les joueurs. À la fin, on a gardé tous ceux qui étaient là l'année d'avant et qui connaissaient le vestiaire pour les faire voter dans un vote secret. Max Pacioretty avait gagné à 98% ou 97%. Seulement deux gars avaient voté pour P.K. Subban.»

Une anecdote savoureuse était d'ailleurs survenue lors de cette annonce.

«Marc Bergevin avait l'adresse de Max Pacioretty. Il restait à Brossard. Moi, je n'avais pas son adresse mais je suivais Marc. On débarque devant la maison. Un monsieur ouvre la porte et il nous reconnaît tout de suite. On demande à parler à Max Pacioretty, mais on n'avait pas la bonne adresse. Le gars était surpris en nous voyant avec le chandail. Quand on a finalement trouvé la bonne maison, c'était vraiment un beau moment. Il était très émotif avec sa femme et ses enfants. C'était vraiment un moment spécial.»

Therrien est également celui qui a eu la chance de nommer Sidney Crosby comme capitaine des Penguins. Le Québécois se souvient que le jeune prodige avait fait preuve d'une grande maturité à l'époque.

«Peu de gens savent ça, mais lorsque je suis arrivé à Pittsburgh, mon premier capitaine a été Mario Lemieux. J'ai dirigé Mario Lemieux pendant un match, son dernier dans la LNH. J'ai des belles photos de ça. Après ça, je voulais redonner l'équipe aux jeunes. Je voulais qu'on passe de Mario Lemieux à Sidney Crosby. Je me voyais mal faire attendre Crosby pendant quatre ou cinq ans, même si on avait des bons vétérans comme Mark Recchi. Je lui avais parlé à la fin de la saison et je lui disais de réfléchir à ça pendant l'été. Il m'avait répondu qu'il ne se sentait pas prêt. Il ne pensait pas encore avoir gagné le respect des coéquipiers et des autres joueurs de la LNH. Ça démontre toute sa maturité. Il a terminé champion compteur de la LNH la saison suivante alors qu'il aurait pu encore évoluer avec l'Océanic de Rimouski. Après ça, je lui ai reparlé et il m'a dit qu'il était prêt.» 

Voyez le segment en question dans la vidéo ci-dessus.