Crédit : Photo d'archives, AFP

Hockey

Fond d’urgence à Hockey Canada : le gouvernement savait

Publié | Mis à jour

S’évertuant à demander des changements à la tête de Hockey Canada depuis que plusieurs scandales sexuels ont fait surface, le gouvernement du Canada avait pourtant en sa possession les détails troublants à propos du fonds réservé aux risques non assurables depuis 2019.

C’est ce que la Presse canadienne a révélé, mardi soir, après avoir obtenu une lettre de trois pages, signée par le vice-président des assurances et de la gestion des risques Glen McCurdie adressée à la ministre des Sports de l’époque Kirsty Duncan. Celle-ci a toutefois nié avoir reçu cette lettre.

Hockey Canada est dans l’eau chaude depuis qu’un présumé viol collectif commis par les joueurs d’Équipe Canada junior en 2018 a fait surface dans les médias à la fin du mois de mai. La fédération avait alors utilisé ce fonds d’urgence pour acheter le silence de la victime.

Depuis, une autre histoire d’inconduite sexuelle, survenue cette fois en 2003, a été dévoilée au grand jour. Le président du conseil d’administration, Michael Brind’Amour, a depuis démissionné.

Le premier ministre Justin Trudeau, de même que l’actuelle ministre des Sports Pascale St-Onge, ont depuis affirmé que la fédération avait perdu la confiance des Canadiens et que des changements étaient nécessaires dans la direction. Le financement fédéral a par ailleurs été gelé jusqu’à nouvel ordre.

Or, si Brind’Amour a finalement été remplacé par Andrea Skinner à la tête du conseil, Scott Smith a pour sa part obtenu un vote de confiance de ce dernier dans son rôle de président et chef de la direction.