Crédit : AFP

LNH

Fantasy LNH: les meilleurs contrats

Publié | Mis à jour

Vous avez un pool avec une masse salariale et vous vous cherchez des joueurs qui sont en mesure de vous donner un maximum de rendement pour le prix le plus faible? C’est possible.

Bien sûr, les grandes vedettes du circuit Bettman, comme Connor McDavid, Cale Makar ou Andrei Vasilevskiy sont des valeurs sûres. Mais ils viennent avec un coût élevé. Voici quelques suggestions des joueurs qui pourraient vous donner un excellent ratio points/dollars.

Attaquants

L’élite

C’est bien d’avoir Connor McDavid dans son équipe, mais parmi les ténors, deux joueurs se démarquent comme de potentiels joueurs qui sont en mesure d’atteindre le plateau des 100 points. Et pour une fraction du prix. À considérer très tôt dans votre repêchage.

- Jonathan Huberdeau (Flames de Calgary)

Huberdeau est passé du soleil de la Floride au froid glacial de Calgary. Il a déjà accepté une prolongation de contrat de huit ans et 84 millions $ avec les Flames, mais il lui reste tout de même la dernière année de son actuel contrat à écouler. Pour un joueur qui était dans la discussion pour le trophée Art-Ross en 2021-2022 et qui a obtenu plus d’un point par match lors de ses quatre dernières saisons, à 5,9 millions $, c’est une aubaine.

  • 2021-2022: 115 points en 80 parties
  • Impact sur la masse salariale : 5,9 millions $

Crédit photo : Photo AFP

- Nathan MacKinnon (Avalanche du Colorado)

Il n’y a pas grand-chose à dire sur MacKinnon qui n’a pas déjà été dit. Mais l’attaquant de l’Avalanche a amassé 1,35 point par match lors de ses trois dernières saisons. Pour la moitié du salaire de McDavid. Avez-vous besoin d’un autre argument?

  • 2021-2022 : 88 points en 65 parties
  • Impact sur la masse salariale : 6,3 millions $

BUT MACKINNON 1-1 -

La presque élite

Puis, il y a de ces joueurs qui ne sont pas considérés parmi les premières rondes, mais qui peuvent donner un rendement hyper-intéressant.

- J.T. Miller (Canucks de Vancouver)

Depuis trois saisons, Miller cartonne pas mal. En 2021-2022, il est passé à un cheveu d’atteindre le plateau des 100 points. Celle-là, peu d’experts l’avaient vu venir. Miller a récemment une lucrative prolongation de contrat, alors, il est en rabais pour une dernière saison.

  • 2021-2022 : 99 points en 80 parties
  • Impact sur la masse salariale : 5,2 millions $

- Elias Lindholm (Flames de Calgary)

Lindholm a peut-être perdu Johnny Gaudreau et Matthew Tkachuk, mais il a gagné Jonathan Huberdeau et Nazem Kadri. Est-ce que le Suédois pourra maintenir le même rythme?

  • 2021-2022 : 82 points en 82 parties
  • Impact sur la masse salariale : 4,85 millions $

Les éclosions

Avant d’obtenir un statut quelconque dans LNH, certains joueurs, qui n’ont pas tout à fait éclos, se tournent vers des contrats-pont en espérant débloquer et empocher le magot lors de leur prochain pacte.

- Robert Thomas (Blues de St. Louis)

L’attaquant des Blues s’est mis en marche et il a déjà une juteuse prolongation de contrat en poche. Mais pour l’instant, il est toujours abordable.

  • 2021-2022 : 77 points en 72 parties
  • Impact sur la masse salariale : 2,8 millions $

Crédit photo : AFP

- Jordan Kyrou (Blues de St. Louis)

Presque un copier-coller de Robert Thomas.

  • 2021-2022 : 75 points en 74 parties
  • Impact sur la masse salariale : 2,8 millions $

- Roope Hintz (Stars de Dallas)

L’attaquant des Stars devient un rouage presque indispensable de l’équipe. Depuis deux saisons, le Suédois semble avoir pris son envol. Il écoulera en 2022-2023 la dernière saison de son contrat.

  • 2021-2022 : 72 points en 80 parties
  • Impact sur la masse salariale : 3,15 millions $

- Tage Thompson (Sabres de Buffalo)

Oui, il vient d’accepter une autant monstrueuse qu’incompréhensible prolongation de contrat. Mais en 2022-2023, il pourrait être un vol.

  • 2021-2022 : 68 points en 78 parties
  • Impact sur la masse salariale : 1,4 million $

Troy Terry (Ducks d’Anaheim)

Terry est sorti de nulle part en 2021-2022. Bon timing, puisqu’une bonne saison 2022-2023 pourrait lui rapporter gros.

  • 2021-2022 : 67 points en 75 parties
  • Impact sur la masse salariale : 1,45 millions $ 

Et de 24 pour Troy Terry... -

Les bons vétérans

Il ne faut surtout pas oublier ces vétérans, encore capables d’en donner, qui acceptent un pacte à rabais. Du moins, il y en a un qui sort du lot.

Patrice Bergeron (Bruins de Boston)

Le Québécois est un modèle de constance depuis ses débuts dans la LNH. Il n’est qu’à 18 points du plateau des 1000 points dans le circuit Bettman et il n’aura sans doute aucune misère à atteindre ce plateau en 2022-2023. Toutefois, il devra le faire sans son acolyte de toujours Brad Marchand, qui s’est fait opérer à la fin du mois de mai et devrait être à l’écart du jeu pour six mois. Bergeron a un salaire de base de 1,5 million $, un boni à la signature de 1 million $ et un boni de 2,5 millions $ s’il dispute... 10 parties en 2022-2023.

  • 2021-2022 : 65 points en 73 parties
  • Impact sur la masse salariale : 2,5 millions $

Crédit photo : AFP

Sortis de nulle part

Et il y a ceux qui sortent de nulle part, dont le risque de les sélectionner est assez faible, compte tenu de leur si faible salaire.

Ryan Hartman (Wild du Minnesota)

Hartman est dans la ligue depuis huit saisons et il n’avait pas réussi plus de 31 points. En 2022-2023, il a explosé avec 65 points. À vous de voir si 1,7 million $ par saison pour encore deux saisons est un risque calculé.

  • 2021-2022 : 65 points en 82 parties
  • Impact sur la masse salariale : 1,7 million $

Chandler Stephenson (Golden Knights de Vegas)

À peu près la même histoire pour Stephenson, mais un tantinet plus cher.

  • 2021-2022 : 64 points en 79 parties
  • Impact sur la masse salariale : 2,7 millions $

Michael Bunting (Maple Leafs de Toronto)

Disons qu’il a brillamment pris la place de Zach Hyman.

  • 2021-2022 : 63 points en 79 parties
  • Impact sur la masse salariale : 950 000 $

Les jeunes surdoués

Et pour teminer, il y a ces jeunes surdoués qui ont toujours leur contrat d’entrée en poche. La liste peut être longue, mais en voici quelques-uns.

Trevor Zegras (Ducks d’Anaheim), Tim Stützle (Sénateurs d’Ottawa) , Lucas Raymond (Red Wings de Detroit), Anton Lundell (Panthers de la Floride), Cole Caufield (Canadiens de Montréal), etc... 

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Défenseurs

Devon Toews (Avalanche du Colorado)

Toews a terminé dans le top 10 des meilleurs pointeurs chez les défenseurs en 2022-2023. Même si c’est Cale Makar qui domine offensivement les arrières de l’équipe, Toews en profite également.

  • 2021-2022 : 57 points en 66 parties
  • Impact sur la masse salariale : 4,1 millions $

MacKenzie Weegar (Flames de Calgary)

Weegar est passé un peu incognito dans l’échange envoyant Jonathan Huberdeau à Calgary. Mais les Flames auront un bon défenseur qui ne coûte pas trop cher dans leur formation l’an prochain. En 2021-2022, Weegar a obtenu la même production offensive qu’Alex Pietrangelo des Golden Knights de Vegas, pour presque trois fois moins cher.

  • 2021-2022 : 44 points en 80 parties.
  • Impact sur la masse salariale : 3,25 millions $

Trio de jeunes

Owen Power (Sabres de Buffalo), Moritz Seider (Red Wings de Detroit), Evan Bouchard (Oilers d’Edmonton) ont encore leur contrat d’entrée en poche.

Gardiens de but

Il n’y a que trois gardiens de but qui ont fait sauter la banque. Carey Price (moyenne de 10,5 millions $ par saison), Sergei Bobrovsky (moyenne de 10 millions $ par saison) et Andrei Vasilevskiy (moyenne de 9,5 millions $ par saison).

Si l’on sait tous ce qui se passe ou ne se passe pas avec le premier, le deuxième a vécu une résurrection en 2021-2022 alors que le troisième est toujours aussi dominant.

Par la suite, les salaires des gardiens numéro un oscillent entre 5 et 6 millions $. Je pense ici à Igor Shesterkin, Connor Hellebuyck, Jacob Markstrom, Juuse Saros et compagnie.

Parmi ces gardiens, en voici trois qui sont susceptibles d’être des aubaines.

Marc-André Fleury (Wild du Minnesota)

Fleury a accepté un nouveau contrat de deux ans avec le Wild et sera jumelé avec Filip Gustavsson, puisque Cam Talbot a été échangé aux Sénateurs d’Ottawa. Ainsi, le Québécois devrait être le gardien numéro un de l’équipe. Et à un faible coût.

  • 2021-2022 : 28 victoires et 4 jeux blancs
  • Impact sur la masse salariale : 3,5 millions $

Crédit photo : AFP

Frederik Andersen (Hurricanes de la Caroline)

Les Hurricanes sont une force dans l’Association de l’Est et Andersen est leur gardien numéro un. L’an dernier, le Danois a très bien fait, malgré les blessures.

  • 2021-2022 : 35 victoires et 4 jeux blancs
  • Impact sur la masse salariale : 4,5 millions $

Jeremy Swayman (Bruins de Boston)

Swayman a partagé le filet avec Linus Ullmark en 2021-2022, mais a tout de même obtenu 23 victoires en 41 parties et conservé une moyenne de buts alloués de 2,41 et un taux d’efficacité de ,914. Il écoulera en 2022-2023 la dernière saison de son contrat d’entrée. C’est maintenant ou jamais.

  • 2021-2022 : 23 victoires et 3 jeux blancs
  • Impact sur la masse salariale : 925 000 $

Logan Thompson (Golden Knights de Vegas)

La blessure de Robin Lehner change la donne à Vegas alors Logan Thomspon, Adin Hill et Laurent Brossoit batailleront pour le poste de #1. Mais Thompson a bien paru en 2021-2022 alors qu'il a disputé 19 parties. Si j'avais un vieux 2$ auquel je tiens plus ou moins...

  • 2021-2022: 10 victoires et 1 jeu blanc
  • Impact sur la masse salariale: 766 667 $