Boxe

Arslanbek Makhmudov en mode destruction

Publié | Mis à jour

Malgré l’ajout inespéré de la ceinture WBC Silver aux enjeux de son prochain combat, Arslanbek Makhmudov ne change absolument pas sa mentalité. Le poids lourd ne visera rien de moins qu’un massacre lorsqu’il affrontera le Français Carlos Takam, vendredi au Casino de Montréal.

À quelques jours d’un affrontement qui pourrait lui permettre d’ajouter un titre prestigieux à ceux de la NABF et de la NABO qu’il possède déjà, le Russe de 33 ans ne laissait entrevoir aucun signe de fébrilité ou de nervosité supplémentaire.

Le protégé d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) préfère voir dans cette décision du World Boxing Council (WBC) une reconnaissance de son travail et bien entendu de son parcours professionnel sans faute jusqu’ici.

«Je ne sens pas de pression parce que je crois que je mérite cette ceinture, a expliqué l’homme de peu de mots, mardi, lors d’une conférence de presse. C’est un titre important pour moi, mais je ne fais que mon travail. Je veux être le meilleur, me battre contre les meilleurs.»

Makhmudov (14-0, 14 K.-O.) n’a jamais été le type de boxeur à s’adapter à ses rivaux d’un combat à l’autre. Ainsi, il faut s’attendre à voir la même puissance de frappe qui lui a permis de conserver une fiche parfaite.

«Mon but est de détruire tout le monde. Je m’en fous de qui m’affronte. C’est un bon gars – merci d’être venu –, mais dans le ring, j’y vais pour la destruction. C’est ma façon de faire.»

Fulgurante progression

Malgré le calme parfois déroutant du principal intéressé, cette ceinture aura certainement des répercussions sur sa progression. EOTTM s’attendait à ce que son poids lourd se batte pour celle-ci un jour ou l’autre, mais on ne cache pas qu’on l’attendait un peu plus tard.

«Arslanbek brûle les étapes, s’est réjoui le directeur général Antonin Décarie. Quand on a eu la confirmation vendredi qu’il allait se battre pour le titre WBC Silver, j’avais de la misère à y croire pour être parfaitement honnête. Mais ça démontre que les organismes de sanction le voient comme un espoir de haut niveau.»

S’étant récemment associé à Top Rank pour gérer la carrière de Makhmudov et à ESPN pour diffuser les combats, le président d’EOTTM Camille Estephan croit que le résultat de ce combat sera déterminant pour la suite des choses.

«Ce combat est très important pour nous. Ça met la deuxième position mondiale en jeu. Peut-être la première même. [...] Ça nous garantit d’être un joueur dans les gros combats. Est-ce dans trois mois, six mois, neuf mois, on ne le sait pas», a analysé Estephan.

«Mais clairement, si on gagne ce combat-là, 2023 sera une grosse année.»

En bref

Alexandre Gaumont (4-0, 2 K.-O.) ne sera finalement pas de la carte puisqu’il a contracté la COVID-19. La carte passe donc de sept à six combats. Puisqu’il habite à Gatineau et qu’il n’a pas côtoyé les autres boxeurs de l’écurie récemment, on ne craint pas de contagion.

Pas de nouveau fiasco à prévoir

Les amateurs de boxe auront une nouvelle occasion de voir un poids lourd français en action, vendredi au Casino de Montréal. Mais cette fois, le combat devrait bel et bien avoir lieu.

Carlos Takam (39-6-1, 28 K.-O.) a vu ce qu’a fait son compatriote Newfel Ouatah, vendredi dernier. Il l’a vu poser un genou au sol et lever le poing avant même le début de son combat contre Simon Kean. Lorsque Takam a appris que c’était en guise de protestation contre la Fédération française de boxe, il a toutefois rassuré bien des gens avec quelques mots.

«Je ne suis pas affilié à la Fédération française», a-t-il déclaré en conférence de presse, mardi.

Takam est en effet installé à Las Vegas depuis quelques années et est donc sanctionné par la Commission athlétique du Nevada. Eye of the Tiger Management (EOTTM), tout comme la Régie des alcools, des courses et des jeux, ont bien entendu effectué les vérifications d’usage deux fois plutôt qu’une.

Pas peur

En Takam, Arslanbek Makhmudov n’aura pas un client facile. L’athlète de 41 ans originaire du Cameroun s’est déjà frotté à plusieurs grands noms de la catégorie, affrontant notamment Anthony Joshua dans un combat pour les ceintures WBA, IBF et IBO en 2017. Il a déjà détenu le titre WBC Silver.

S’il a été difficile de trouver des adversaires pour affronter Makhmudov récemment, Takam, lui, ne s’est jamais fait prier.

«Un boxeur qui a peur dans un ring, ce n’est pas vraiment un boxeur. [...] Si on m’avait dit que c’était un meurtrier, j’aurais eu peur de lui, mais ce n’est pas un meurtrier, a imagé le sympathique pugiliste. C’est vrai qu’il est jeune et puissant, mais je n’ai jamais eu peur de personne. J’ai fait un championnat du monde avec 10 jours de préparation, alors pourquoi ne pas accepter ce combat?

«Comme quelqu’un a dit tout à l’heure, je n’ai jamais affronté un boxeur comme lui, mais lui aussi n’a jamais affronté un mec comme moi.»

Bouger

Questionné à répétition sur la force de frappe de son adversaire, Takam n’a pu retenir quelques éclats de rire lorsqu’un journaliste a comparé Makhmudov à un mastodonte. Il a par ailleurs révélé une partie de son plan de match, réaffirmant au passage son désir de vaincre.

«Je vois qu’il vous impressionne beaucoup le monsieur! C’est très marrant, a-t-il rigolé. Il frappe fort si tu restes devant lui. Ça, c’est sûr. Si tu es constamment en mouvement, il n’aura pas la même puissance en mouvement.

«Moi je me bats toujours avec l’esprit de gagner, a-t-il averti. J’y vais pour gagner ce combat, quoi qu’il en coûte.»