Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Une entente qui rapportera entre 5 et 10 millions $ par année au Canadien ?

Publié | Mis à jour

Geoff Molson n’a pas voulu parler des détails financiers de son entente de commandite pour les uniformes de son équipe. Par contre, selon un expert consulté par le Journal, le Canadien pourrait empocher une somme entre 5 et 10 millions $ par année avec cette nouvelle commandite.  

Ce sont les estimations du grand patron de l’Agence Dulcedo, Karim Leduc. 

«Avec la visibilité du Canadien à la télévision et la visibilité dérivée qu’il obtient, ça pourrait être un contrat entre 5 et 10 millions annuellement. La durée de ce type est habituellement de deux à trois ans avec une option de prolongation à la fin, a-t-il mentionné. C’est un montant qui va être moins important pour les équipes qui ont moins de visibilité. 

«Les petites équipes vont avoir plus de difficultés à vendre leur espace publicitaire même si c'est eux qui en ont plus de besoin.»

Chaque équipe aura la responsabilité de vendre l’espace publicitaire sur ses chandails. Certaines d’elles empocheront une moins grosse somme que les mieux nanties. 

«J’aurais opté pour un système à revenus partagés à la ligue, a ajouté Leduc. Ça l’aurait été plus stratégique pour les propriétaires des équipes avec des plus petits marchés. Les grosses équipes ont sûrement voulu un système où c’est chacun pour soi.»

Il ne croit pas que les équipes vont seulement se limiter à un seul commanditaire sur leurs uniformes dans les prochaines années. 

«Comme tous les propriétaires, M. Molson est un gestionnaire qui aime beaucoup le profit. Ces revenus seront en croissance et non en décroissance au cours des prochaines années une fois qu’il va goûter à ces revenus.»

Pas une première

Ce n’est pas la première fois qu’on voit de la publicité sur les chandails d’une équipe de la LNH. À la fin des années 80 et au milieu des années 90, les Canucks de Vancouver avaient vendu des espaces publicitaires sur leurs équipements. 

À cette époque, ils étaient avant-gardistes. Toutefois, ils s’étaient fait ramener à l’ordre par les autres formations. Durant les séries de 1994, ils avaient notamment signé une entente avec Gatorade. 

Les propriétaires des Canucks cherchaient de nouvelles sources de revenus afin de combattre la faiblesse du dollar canadien. Les équipes de la LNH ont dû attendre jusqu’à 2010 afin d’avoir à nouveau l’autorisation de pouvoir placer de la publicité sur leurs uniformes d’entraînement.