Canadiens de Montréal

Nick Suzuki nommé capitaine

Publié | Mis à jour

Il y a quatre ans, pratiquement jour pour jour, le Canadien échangeait son capitaine Max Pacioretty aux Golden Knights pour Tomas Tatar, un jeune espoir du nom de Nick Suzuki, décrit comme la clé de cette transaction par Marc Bergevin, et un choix de deuxième tour en 2019.

C’était le 10 septembre 2018. Le CH tenait son tournoi de golf annuel sur les allées du prestigieux club de golf de Laval-sur-le-Lac. Aujourd’hui, Pacioretty n’est plus à Vegas, Tatar n’est plus à Montréal, Bergevin n’occupe plus le poste de directeur général du Tricolore, mais Suzuki a maintenant un «C» brodé sur son chandail.

Martin St-Louis l’a présenté lundi comme le 31e capitaine de l’histoire du Canadien pour lancer les festivités entourant la classique annuelle du tournoi de golf qui se déroule encore au même endroit et encore au son d’un groupe de musiciens jazz.

«C’est un honneur de devenir le capitaine du Canadien de Montréal», a d’abord dit Suzuki dans la langue de Guy Lafleur, Jean Béliveau et Maurice Richard.

Présenté aux médias avec son chandail numéro 14 et une nouvelle lettre qui le décorait, Suzuki a ensuite présenté ses deux adjoints : Brendan Gallagher et Joel Edmundson.

«Je crois que cette équipe s’en va dans la bonne direction et je suis heureux de représenter cette équipe comme capitaine, a-t-il mentionné. Cette nomination a une grande symbolique pour moi. Je sais que la direction a beaucoup de respect pour moi. Il s’agit d’un gros rôle, mais je serai prêt.»

Un jeune capitaine

Kent Hughes l’avait dit depuis déjà plusieurs mois, St-Louis aussi. Le Tricolore ne désirait pas revivre une autre saison sans capitaine. L’an dernier, Shea Weber avait servi de capitaine fantôme à l’équipe, passant l’année sur la liste des blessés à long terme.

Le CH n’aura pas fait prolonger le suspense trop longtemps en identifiant l’homme de confiance avant même le premier jour du camp. À 23 ans, Suzuki a écrit une page d’histoire de l’équipe en devenant le plus jeune joueur de l’organisation à recevoir cet honneur.

«Oui, Nick a 23 ans, mais il y a parfois des gars de 23 ans qui ressemblent à des jeunes de 18 ans, a dit Jeff Gorton. C’est le contraire avec Nick; on a le sentiment qu’il a 30 ans. Il est très calme et on dirait qu’il joue dans la Ligue nationale depuis longtemps. Il cadre bien avec nos plans pour le futur.»

Pas un vote populaire

Le choix de Suzuki n’est pas celui des joueurs. Il n’y a pas eu un vote à l’intérieur du vestiaire. St-Louis n’a pas eu peur de confirmer qu’il représentait la sélection de la direction après un conciliabule avec les têtes dirigeantes et le noyau fort de joueurs.

«Quand tu choisis un capitaine, ce n’est pas un vote de popularité, a précisé St-Louis. Pour nous, c’est une grosse décision. On croit qu’il s’agit du meilleur choix pour l’équipe. Nick se comporte bien au quotidien. Il gère bien ses émotions, il a une bonne tête sur les épaules et j’ai confiance en notre choix.»

St-Louis avait dévoilé ses plans à Suzuki dès le mois de juillet. L’Ontarien a pris quelques mois avant de revenir avec sa réponse.

«J’ai parlé à "Marty" au repêchage et il m’a demandé d’y réfléchir, a précisé le joueur de centre. J’ai eu des rencontres avec Jeff et Geoff Molson récemment, et je leur ai dit que j’étais prêt. J’ai appris de bons meneurs au cours des dernières années. J’ai aussi discuté avec "Webby" [Weber] pour connaître ses expériences comme capitaine ici. »

«Je sais que je suis un peu jeune, mais j’ai gagné le respect de mes coéquipiers, a-t-il poursuivi. Je n’ai pas hésité avant d’offrir ma réponse. Quand tu te fais offrir ce rôle par une organisation comme le Canadien, c’est un choix assez facile. Je serai aussi entouré de bons gars comme Brendan et Joel. C’est un immense honneur pour moi.»

Avec Suzuki comme capitaine, le CH se tourne aussi encore plus vers l’avenir. Cette équipe sera celle des jeunes. 

Annonce Suzuki -

Les capitaines du Canadien

Nom – Année de capitanat – Âge à la nomination

Jean-Baptiste «Jack» Laviolette – 1909-1910 / 1911-1912 – 30 ans

Édouard «Newsy» Lalonde – 1910-1911 / 1912-1913 / 1916 à 1922 – 23 ans

James Gardner – 1913 à 1915 – 32 ans

Howard McNamara – 1915-1916 – 24 ans 

Sprague Cleghorn – 1922 à 1925 – 32 ans

Billy Coutu – 1925-1926 – 33 ans

Sylvio Mantha – 1926 à 1932 / 1933 à 1936 – 24 ans

George Hainsworth – 1932-1933 – 39 ans

Albert Siebert – 1936 à 1939 – 32 ans

Walter Buswell – 1939-1940 – 32 ans

Hector «Toe» Blake – 1940 à 1948 – 28 ans

Émile «Butch» Bouchard – 1948 à 1956 – 29 ans

Maurice «Rocket» Richard – 1956 à 1960 – 35 ans

Douglas Harvey – 1960-1961 – 35 ans

Jean Béliveau – 1961 à 1971 – 30 ans

Henri Richard – 1971 à 1975 – 35 ans

Yvan Cournoyer – 1976 à 1979 – 34 ans

Serge Savard – 1979 à 1981 – 33 ans

Bob Gainey – 1981 à 1989 – 29 ans

Chris Chelios – 1989-1990 – 27 ans

Guy Carbonneau – 1989 à 1994 – 29 ans

Kirk Muller – 1994-1995 – 28 ans

Mike Keane – 1995-1996 – 28 ans

Pierre Turgeon – 1995 à 1996 – 26 ans

Vincent Damphousse – 1996 à 1999 – 28 ans

Saku Koivu – 1999 à 2009 – 24 ans

Brian Gionta – 2010 à 2014 – 31 ans

Max Pacioretty – 2015 à 2018 – 26 ans

Shea Weber – 2018 à 2021 – 33 ans

Nick Suzuki – 2022 – 23 ans