Canadiens de Montréal

Jake Allen a des «communications» avec le CH

Publié | Mis à jour

À son arrivée à Montréal en 2020-2021, Jake Allen s’attendait à ouvrir la porte pour ses coéquipiers au banc de l’équipe plus souvent que de sauter sur la glace pour bloquer des rondelles.

On connait l’histoire. Avec les blessures à Carey Price depuis deux ans, Allen a chaussé les jambières du gardien numéro un de l’équipe. Et il le fera encore une fois avec l’absence plus que probable de Price pour l’entièreté de l’année 2022-2023.

Âgé de 32 ans, le gardien originaire du Nouveau-Brunswick amorcera la dernière année d’un pacte de deux ans qui lui rapporte en moyenne 2,875 millions.

À son arrivée au tournoi de golf de l’équipe, Allen a confirmé les rumeurs d’une possible prolongation de contrat avec le Tricolore.

«Je peux dire qu’il y a eu des discussions, mais je ne rentrerai pas dans les détails, a mentionné le sympathique homme masqué. On se parle. Quand j’ai fait mes débuts ici, je ne croyais pas jouer autant. Je m’attendais à être le numéro deux avec Price. Au hockey, les choses changent rapidement.»

«Je trouve ça triste pour Carey, nous formons une meilleure équipe de hockey avec lui. Mais pour moi, c’est une autre chance de jouer souvent.»

Allen devrait partager le travail avec Samuel Montembeault cette saison. Cayden Primeau, qui a obtenu un contrat de trois ans à un seul volet, voudra aussi mêler les cartes au camp.

Rien pour Caufield

Dans le département des contrats, il y a aussi le sort de Cole Caufield qui retiendra l’attention. Le numéro 22 jouera déjà la troisième et dernière année de son entente de recrues.

Questionné à savoir si Hughes a déjà cogné à sa porte pour renouveler son entente, Caufield n’était pas l’homme le plus jasant sur terre.

«Je me concentre sur mon jeu, je ne contrôle pas cette portion, a-t-il répliqué. À ma connaissance, il n’y a pas eu de négociations.»