Boxe

La Fédération française condamne Ouatah pour son abandon

Publié | Mis à jour

La Fédération française de boxe (FF Boxe) a donné lundi sa version des faits entourant l’abandon du Franco-Algérien Newfel Ouatah dans le ring tout juste avant son combat prévu contre le Québécois Simon Kean, vendredi au Casino de Montréal.

L’organisme a confirmé, par communiqué, qu’elle n’avait pas accordé d’autorisation de sortie de territoire pour se battre à Ouatah puisqu’il ne respectait pas les exigences. C’est en voulant protester contre cette décision que le pugiliste a mis un genou au sol et le poing en l’air.

Il est en effet impossible pour un boxeur français de se battre à l’étranger après avoir subi un K.-O. à son dernier combat. C’est le cas pour Ouatah, qui a été vaincu au quatrième round par Vladyslav Sirenko, le 12 juin 2021.

La FF Boxe avance également que le critère d’un risque de combat déséquilibré n’était pas non plus respecté, compte tenu de la fiche de 21-1, 20 K.-O. de Kean contre celle de 18-4 de Ouatah avant le duel en question.

Un rappel de ce refus a par ailleurs été envoyé à Ouatah le jour même du combat.

«L’abandon, avant même qu’il n’y ait eu le moindre échange, du poids lourd français devant Kean pour protester contre la décision de la FF Boxe de ne pas lui accorder d’autorisation de sortie de territoire relève de la mauvaise foi autant que d’un mépris des règles», peut-on lire dans le communiqué.

Ce geste ne restera par ailleurs pas impuni.

«La FF Boxe saisit dès ce jour ses organes disciplinaires qui seront chargés de donner les suites qu’il convient à ces faits qui portent gravement atteinte à la réglementation en vigueur et un sérieux préjudice à l’image de la Fédération française de boxe ainsi qu’à la société canadienne Eye of The Tiger Management.»