Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Boxe

Abandon d'Ouatah: «La réalité est qu’il a eu peur»

Publié | Mis à jour

Le Franco-Algérien Newfel Ouatah a causé une véritable commotion au Casino de Montréal, vendredi dernier, en refusant de se battre contre le Québécois Simon Kean. 

Bien que le poids lourd québécois l'ait emporté avant même qu'un seul coup soit lancé, l'écurie Eye of the Tiger Management (EOTTM) a toujours de la difficulté à s'expliquer cette façon de faire qui a manqué de respect aux partisans, combattants et à ceux qui ont travaillé à la mise en place de ce gala.

«La réalité est qu’il a eu peur. Il ne voulait pas se battre. Ses premiers mots à l’endroit de Camille Estephan à la suite de ces événements ont été: “ça ne me disait pas de me battre ce soir“», a expliqué le directeur général d'EOTTM, Antonin Décarie lors d'une entrevue accordée à La Dose.

Les images ont énormément circulé. Au son de la cloche, alors que le combat devait débuter, Ouatah a posé un genou au sol tout en positionnant un poing en l’air. L’arbitre s'est empressé de mettre un terme au combat. Le boxeur a ensuite expliqué qu’il s’agissait d’une question de «contestation» et «d’assurance». 

Abandon Kean -

Selon la version du Franco-Algérien, quelques heures avant le combat, il aurait reçu un courriel stipulant qu'il n'était pas couvert en cas de blessures. L’explication demeure nébuleuse puisque le vétéran avait laissé entendre à plusieurs reprises, plus tôt dans la semaine, que son but était de donner le meilleur spectacle possible aux Montréalais. 

«Notre organisation aurait facilement été en mesure de lui trouver une assurance. Plus encore, lorsqu’il y a des blessures, on assume les frais. Il n’y avait aucune raison d’être préoccupé par cela. On aurait facilement arrangé la situation», a renchéri Décarie.

«Malheureusement, ça laisse un gout très amer en bouche. On est déçu, c’est triste, mais on ne peut rien y faire», a-t-il conclu.