Football universitaire RSEQ

Les Carabins auront Kevin Mital à l'œil en tout temps

Publié | Mis à jour

Le nom de Kevin Mital est sur toutes les lèvres des partisans du football universitaire.

Auteur de quatre touchés, ce qui représente un record d’équipe, contre les Redbirds de McGill, le demi inséré du Rouge et Or est le meneur parmi les receveurs du RSEQ avec 12 réceptions pour 200 verges en deux rencontres. Ses cinq majeurs représentent aussi un sommet.

• À lire aussi: Laval sans complexe face aux Carabins

• À lire aussi: Un lourd défi pour la ligne défensive

«J’étais sur un “high” le samedi soir après le match, mais tout était terminé le lendemain, a raconté Mital qui effectuera un retour au Complexe sportif Claude-Robillard, où il a disputé ses trois saisons collégiales dans l’uniforme du Phénix d’André-Grasset. J’ai hâte d’affronter les Carabins. Cette année, on se concentre sur nous, mais on a regardé un peu de films pour connaître leurs tendances.»

Les exploits de Mital ne sont évidemment pas passés sous silence dans le camp des Carabins. «Kevin joue du très bon football et il faudra limiter le nombre de jeux qu’il fera, a mentionné l’entraîneur-chef Marco Iadeluca qui a été le coordonnateur offensif de Mital pendant deux saisons à Grasset. C’est un des receveurs les plus explosifs. On ne peut pas l’arrêter et on ne peut pas utiliser la même recette pour le ralentir pendant tout le match. Si on triche en le doublant, d’autres receveurs vont nous faire payer.»

Attention particulière

Mital s’attend à une attention particulière. «Ils vont tout faire pour me ralentir, a-t-il résumé. L’an dernier, le secondeur extérieur du côté court [Harold Miessan] me ralentissait et le demi défensif [Bruno Lagacé] m’attendait 12 verges plus loin. Je m’aligne dans plusieurs formations et ça devient plus difficile de me doubler. S’ils le font, il va manquer un joueur quelque part et d’autres receveurs pourront en profiter.»

Lagacé est pleinement conscient de la menace que représente son ancien coéquipier. «Il faudra garder les yeux sur lui et toujours savoir où il est sur le terrain, a expliqué l’étudiant à HEC et coéquipier de Mital pendant deux saisons à André-Grasset. Il a reçu beaucoup de ballons depuis le début de la saison et ça nous a permis d’en apprendre beaucoup sur lui. Kevin est un joueur spécial et comme le dit Charles-Antoine Sinotte [analyste à TVA Sports], il peut faire la pluie et le beau temps.»

«Sur les bandes vidéo, on voit qu’il est rapide, d’ajouter Lagacé. Il a retrouvé la forme de Grasset et ça semble l’aider.»

Comme il nous l’a dit la semaine dernière, Mital fait maintenant osciller la balance à 215 livres, le même poids qu’à sa dernière année collégiale.

Il a joué à 230 livres l’an dernier. À son unique saison avec l’Orange de Syracuse dans la NCAA, le pèse-personne affichait 248 livres dans l’optique qu’il serait transformé en ailier rapproché.

Si l’offensive du Rouge et Or a connu de bons moments depuis le début de la saison, Mital reconnaît que le match face aux Carabins a une signification particulière.

«Pour l’offensive, il s’agira de notre vrai test. Sherbrooke avait une bonne défensive et McGill a commis des erreurs. On sait que les Carabins aiment mettre de la pression et Justin [Éthier] est prêt à placer ses pions en fonction de ce que Montréal va nous présenter. J’ai hâte de retourner à Claude-Robillard, un terrain où je connais bien la zone des buts.»