Crédit : AFP

Soccer

La bagarre éclate dans les estrades à Nice, plusieurs blessés

Publié | Mis à jour

Dix-huit blessés dont un grièvement: lourd bilan pour les violents affrontements entre partisans jeudi à l'Allianz Riviera de Nice avant la rencontre de Coupe d'Europe entre l'OGC Nice et les Allemands du FC Cologne, finalement reportée d'une heure, le temps que le calme revienne.

Une heure avant le coup d'envoi du match de cette 1ère journée de la Ligue Europa Conférence, la plus petite des trois Coupes d'Europe de football, plusieurs centaines de partisans cagoulés aux couleurs du club de Cologne, sur les plus de 8 000 présents dans la tribune Ray, ont envahi la tribune présidentielle, ou tribune Ségurane, pour aller en découdre avec les partisans niçois, installés eux en tribune populaire sud, ont constaté des journalistes de l'AFP dans le stade.

Selon la préfecture, interrogée par l'AFP, « ce sont les Allemands qui ont chargé ».

Les partisans en sont venus aux mains, parfois armés de chaises ou de barres de fer arrachées dans le stade, ont constaté les journalistes de l'AFP dans le stade. 

Au total, 18 personnes ont été blessées, dont un partisan légèrement touché par une arme blanche, et trois hospitalisés, selon un décompte de la préfecture en soirée. 

Parmi eux, un partisan venu de la tribune du FC Cologne a été hospitalisé en « urgence absolue » après une chute de plus de 5 mètres entre deux niveaux des tribunes. Son pronostic vital est engagé, a insisté la préfecture vers 20h00.

« Très alcoolisé », cet homme était en fait un partisan parisien, a précisé vers 20h00 la préfecture des Alpes-Maritimes à l'AFP.

  Cette information confirme les déclarations de plusieurs sources évoquant auprès de l'AFP la présence de partisans parisiens dans la tribune du FC Cologne, en portant leurs couleurs. Ils auraient été repérés par des partisans niçois avant la rencontre.

Au coup d'envoi du match, à 19h40, avec près d'une heure de retard, le club de partisans des « Supras Auteuil » du PSG a ainsi sorti une banderole au sein de la tribune attribuée aux Allemands, a constaté un journaliste de l'AFP.

Crédit photo : AFP

« Notre sport est sali »

Face à ces incidents, les portes du stade avaient été « momentanément fermées, le temps que le calme revienne » après l'intervention des forces de l'ordre, a expliqué la préfecture. 

Lors d'une réunion de crise au stade entre des représentants de l'UEFA (NDLR: la Fédération européenne de football), le préfet des Alpes-Maritimes, le procureur de la République et le maire de Nice, Christian Estrosi, il a été conjointement décidé de reporter le coup d'envoi, initialement prévu à 18h45.

Crédit photo : AFP

Après une annonce en langue allemande demandant aux partisans de Cologne de se calmer, le capitaine de Nice, le Brésilien Dante, a pris le micro pour s'exprimer devant les partisans niçois: « On sait tous que vous n'y êtes pour rien », a lancé Dante. « Je compte sur vous et sur l'organisation pour pouvoir jouer ce match. Je compte sur vous et votre soutien ».

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a déploré que « notre sport soit sali », jeudi soir, lors d'un événement avec des sponsors organisé à Paris par l'association Sporsora. 

« Il y en a marre, il y en a vraiment marre que notre sport soit sali de cette façon, qu'on ne puisse plus se dire qu'on va avec ses gamins de manière sereine et sécurisante dans un stade », a regretté la ministre.

Dès jeudi après-midi, avant même d'arriver au stade, les partisans allemands avaient dégradé des monuments niçois et tagué des stations de tramway dans Nice. La mairie de Nice évalue les dégâts et M. Estrosi a indiqué qu’il demanderait leur remboursement au club de Cologne.

Crédit photo : AFP

« Il y a eu des velléités d'affrontement de la part des partisans allemands à l'extérieur du stade », a indiqué à l’AFP le directeur de cabinet du préfet, Benoît Huber.

À 20h30, à la mi-temps du match, aucune interpellation n'avait encore eu lieu, selon la préfecture.

Il y a un an, en août 2021, le derby de la Méditerranée entre Nice et Marseille en Ligue 1 avait dégénéré et la rencontre ne s'était jamais terminée. 

Des partisans niçois avaient envahi le terrain et l'avaient transformé en ring après que Dimitri Payet, le meneur de jeu de l'OM, avait renvoyé vers la tribune une énième bouteille en plastique le visant.