CF Montréal

«C’est le meilleur vestiaire que j’ai connu»

Publié | Mis à jour

Si le CF Montréal connaît une saison record, c’est parce que cette équipe a un petit quelque chose de plus et il ne faut pas fouiller bien loin pour le trouver : on n’a qu’à pousser la porte du vestiaire.

«J’ai été dans plusieurs vestiaires et j’ai côtoyé de nombreux entraîneurs, mais ici, il n’est pas uniquement question de ce que l’entraîneur dit. On met beaucoup l’accent sur l’aspect collectif et c’est énorme», a résumé Kei Kamara, mercredi.

«Ce que nous avons fait lors des matchs à l’étranger en est la meilleure preuve. Ça démontre à quel point nous pouvons nous serrer les coudes face à l’adversité», a ajouté le vétéran qui en est à sa huitième équipe dans la MLS.

«C’est le meilleur vestiaire que j’ai connu dans ma carrière et ça se transmet sur le terrain», a mentionné Samuel Piette qui a aussi joué en Allemagne et en Espagne.

Fraternité

Il y a un sens de communauté, du collectif qui est très fort au sein de ce jeune groupe.

«J’ai senti quelque chose de différent en entrant dans ce vestiaire, a persisté à dire Kamara. Généralement, tout le monde s’aime, mais ça coince de temps en temps, mais ça n’a pas encore coincé entre nous et c’est pourquoi nous nous battons autant l’un pour l’autre.»

Piette étaye son propos en faisant un lien avec ce qu’il vit lorsqu’il évolue pour la sélection nationale du Canada.

«En équipe nationale, on parle de fraternité et je pense qu’on l’a ici. Tous les joueurs sont très proches les uns des autres. Je ne dis pas qu’on soupe ensemble chaque soir, mais chaque matin, on est contents de se voir et on est contents de travailler.»

Caractère

Il y a aussi une combativité évidente au sein de cet effectif qui ne jette jamais l’éponge.

«On a une grosse force de caractère et je crois qu’on l’a montré lors du match à Toronto», a assuré Piette en insistant sur l’exploit réalisé dimanche quand l’équipe a comblé un retard de deux buts pour en marquer quatre de suite.

«Quand tu tires de l’arrière 2 à 0 après sept minutes, ça prend un groupe uni pour revenir au pointage comme ça à l’extérieur, contre Toronto.»

«Ce n’est pas parce que l’on connaît du succès qu’on s’assoit sur nos lauriers», a poursuivi le combatif milieu de terrain.