Crédit : CFL

Alouettes de Montréal

«Nous ne nous sommes pas présentés» - Maciocia

Publié | Mis à jour

Les Alouettes n’étaient visiblement pas assez affamés pour vaincre une équipe qui lutte pour sa survie, vendredi soir, au Stade Percival-Molson. En mission, le Rouge et Noir d’Ottawa a profité des nombreuses largesses de leurs rivaux pour l’emporter 38 à 24.

«Nous ne nous sommes pas présentés et nous avons payé pour. Nous n’avons jamais cru que nous pouvions revenir dans le match et c’est ce qui me déçoit le plus», a analysé l’entraîneur-chef par intérim Danny Maciocia.

L’affrontement a réellement basculé en la faveur du club ottavien au deuxième quart, quand Trevor Harris a permis aux visiteurs d’inscrire leur premier touché du match et de niveler le pointage 10 à 10. Le quart-arrière des «Als» a échappé le ballon, alors que l’attaque était installée profondément dans son territoire. Davon Coleman n’en demandait pas autant et a franchi les sept verges le séparant de la zone payante.

Dès son retour sur le terrain, Harris a lancé le ballon directement dans les mains d’un joueur du Rouge et Noir. Ces derniers n’ont pas inscrit de point sur leur possession suivante, mais le vent a tout de même tourné en leur faveur. Avant de retourner au vestiaire pour le mi-temps, l’attaque d’Ottawa a d’ailleurs parcouru 105 verges en six jeux et pris une avance de huit points. Sur cette séquence, la tertiaire des Alouettes a bien mal paru, comme ce fut trop souvent le cas dans ce duel.

«C’est excessivement décevant de perdre de cette façon-là», a glissé le maraudeur québécois Marc-Antoine Dequoy.

«À travailler, a-t-il ensuite répondu lorsqu’on lui a demandé de qualifier le travail de la tertiaire. Nous avons été mis à l’épreuve avec plusieurs passes profondes. Ça faisait longtemps que nous n’avions pas été testés de la sorte et le résultat est décevant. Nous devons tous nous regarder dans le miroir.»

Harris prend le blâme

La pause entre les deuxième et troisième quarts n’a visiblement pas permis aux Moineaux de se ressaisir. Harris a été victime d’un deuxième larcin dès qu’il a remis les pieds sur le terrain et Ottawa en a profité pour ajouter un placement à sa récolte.

Le quatrième quart a pour sa part été marqué par un échappé du porteur de ballon Jeshrun Antwi, d’autres ratés en offensive et en défensive, ainsi que 14 points supplémentaires des visiteurs. Jake Wieneke a inscrit un majeur en toute fin de duel, mais c’était trop peu, trop tard.

«C’était une vilaine performance de ma part, a affirmé Harris. Je ne peux pas leur redonner le ballon comme ça. C’est de ma faute et je me dois de faire mon boulot.»

Le match a également été difficile pour la ligne à l’attaque des Alouettes, régulièrement dominée par ses adversaires.

«Nous avons donné quatre revirements, dont un qui a mené à un touché. Les deux interceptions nous ont également fait mal. Nous ne pouvons pas gagner en commettant autant de revirements. Comme je l’ai dit, collectivement, c’était inacceptable», a exprimé Maciocia.

En vertu de ce gain, le Rouge et Noir (3-8) – bon dernier dans l’Est – peut toujours espérer sauver sa saison. Les Alouettes (4-7) ont quant à eux vu leur courte séquence de victoires prendre fin à deux. Les autres formations de cette section, soit les Argonauts de Toronto (5-5) et les Tiger-Cats de Hamilton (3-8), s’affronteront lundi.

Les «Als» recevront la visite des Lions de la Colombie-Britannique et d’un certain Vernon Adams fils vendredi prochain. Le quart-arrière a été échangé par les Alouettes plus tôt cette semaine, en retour d’un choix de première ronde en 2023.