Crédit : AFP

NFL

Russell Wilson assure un avenir payant à Denver

Publié | Mis à jour

En s’entendant sur une faramineuse prolongation de contrat de cinq ans pour 245 M$, le quart-arrière des Broncos de Denver, Russell Wilson, est désormais l’heureux détenteur du deuxième plus haut salaire annuel dans la NFL. La flambée des dernières années à cette position se poursuit de plus belle.

Avec une moyenne annuelle de 49 millions, le nouvel homme de confiance des Broncos voit un seul pivot le devancer dans l’échelon des plus hauts salariés. Aaron Rodgers, le maestro des Packers de Green Bay, détient la palme avec un contrat récemment renégocié qui lui octroie 50,3 millions par saison.

Et dire que pas plus tard qu’en juillet 2020, lorsque Patrick Mahomes signait avec les Chiefs une lucrative entente de 450 millions sur 10 ans, sa moyenne annuelle de 45 millions semblait inatteignable. Aujourd’hui, en termes de salaire annuel, le quart-arrière des Chiefs de Kansas City a déjà glissé au cinquième rang parmi ses pairs.

Un échange choc

Le 8 mars dernier, la planète NFL était ébranlée lorsque les Seahawks de Seattle ont échangé Wilson aux Broncos après 10 saisons de loyaux services.

Durant cette ère prolifique, le quart-arrière a mené son équipe huit fois en séries, incluant l’unique conquête du Super Bowl dans l’histoire de la franchise, en 2013.

Les Broncos ont payé le gros prix pour obtenir les services du joueur de 33 ans, eux qui ont envoyé aux Seahawks leurs choix de première ronde des repêchages de 2022 et 2023, ainsi que leurs choix de deuxième ronde en 2022 et 2023 et leur choix de cinquième ronde en 2022. Ils ajoutaient aussi trois joueurs (Drew Lock, Noah Fant et Shelby Harris)

Il faut dire que les Broncos n’ont pas goûté aux séries éliminatoires depuis la retraite de Peyton Manning, en 2015. Depuis, ils se sont cherchés éperdument à cette position névralgique en ayant recours à 10 quarts-arrières partants différents.

Pas 100 % garanti

Là où les Broncos et la NFL peuvent crier victoire dans le rapport de force avec les joueurs quant au richissime contrat de Wilson, c’est que «seulement» 165 des 245 millions sont garantis.

En effet, en mars, Deshaun Watson a été échangé des Texans de Houston aux Browns de Cleveland. Sa nouvelle équipe lui a consenti un contrat entièrement garanti de cinq ans pour 230 millions.

Plusieurs dans le circuit Goodell estimaient à ce moment que les contrats entièrement garantis pour les quarts-arrières deviendraient la norme.

Or, récemment, Derek Carr (Raiders) et Kyler Murray (Cardinals) se sont entendus avec leur équipe respective pour des contrats qui n’incluaient pas 100 % de garanties, tout comme Wilson jeudi.

Le cas Jackson

Le nouveau contrat de Wilson semble indiquer que le cas Watson risque de devenir une exception plutôt qu’une tendance. Reste à savoir ce qu’il adviendra de Lamar Jackson, qui souhaiterait apparemment obtenir lui aussi un contrat entièrement garanti de la part des Ravens de Baltimore, selon les rumeurs qui circulent.

Jackson a posé un ultimatum en avisant son équipe qu’il cesserait de négocier dès le début de la saison s’il n’y avait pas d’entente formelle en place.

En frais de valeur totale du contrat, Russell Wilson (245 millions) arrive au troisième rang dans la NFL, derrière Josh Allen (258 millions) et Patrick Mahomes (450 millions).

Il devient le plus haut salarié dans l’histoire des Broncos, sans même avoir encore enfilé l’uniforme dans un match.