Internationaux des États-Unis

Un set perdu qui pourrait l’aider

Publié | Mis à jour

Bien sûr, Félix Auger-Aliassime aurait préféré une petite victoire en trois manches pour sa rentrée au US Open. Surtout face à un rival comme le Suisse Alexander Ritschard, qu’il devance par 180 places au classement de l’ATP. 

Mais ce troisième set perdu peut aussi avoir du bon, a analysé le sixième favori lundi. Même s’il lui a fait dépenser plus d’énergie que souhaité dans la chaleur new-yorkaise. 

« C’est certain que c’est préférable de l’emporter en trois manches, car cela donne l’impression d’être en contrôle », a relevé le Québécois. 

« Cela étant dit, perdre un set et trouver le moyen de remporter le suivant, ça peut être bon, car ce sont des choses qui risquent d’arriver contre des joueurs plus difficiles à battre. »

Passer un peu plus de temps sur le terrain – et faire face à un peu d’adversité – a aussi permis au joueur de 22 ans de « trouver ses marques » pour la suite de la quinzaine. 

Lundi, Félix a particulièrement aimé ce qu’il a offert en retour de service. Il a brisé le Suisse quatre fois en huit occasions. 

Il était aussi heureux de « sa constance » sur ses propres mises en jeu. 

Mais il y a aussi eu des déchets dans le jeu du jeune athlète. Comme ces 44 fautes directes, qui ont éclipsé ses 38 coups gagnants.  

Reprendre l’habitude

En entrevue, Auger-Aliassime a pointé qu’il n’était pas simple de « reprendre l’habitude des matchs en cinq sets » qui sont disputés dans les tournois majeurs. 

« Je n’ai pas nécessairement gagné les deux premières manches de façon confortable, a-t-il soulevé. Il y a eu des jeux accrochés, mais gagner 6-3 et 6-4 sans se faire briser, c’est très bien. »

« Après, dans ces matchs, il y a un troisième set à gagner, et là, c’est une question de concentration, de discipline, a poursuivi le Québécois. Il y a un jeu où j’ai baissé ma garde, et après, ça va vite. » 

Félix était toutefois content de ce quatrième set, qu’il a qualifié de « très bon », malgré le bris dont il a été victime quand il servait pour le match, à 5-1. 

« Il avait de très bonnes frappes. Comme beaucoup de joueurs aujourd’hui. C’est pourquoi je ne sous-estime personne, même lorsqu’ils sont issus des qualifications. Tout le monde sait frapper la balle, alors il faut toujours être vigilant. »